Samedi 19 juin auront lieu deux événements importants à Studio El Houma, espace culturel aux jardins de Carthage. A 18h00 se déroulera la classe ouverte «Children smiles».

Cette présentation clôture pour cette année le projet mis en place depuis à peu près 3 mois, par Selma Boukef, danseuse classique tunisienne, membre de l’association internationale «The What Dance Can Do Project» présidée par Aurélia Sellier.

L’accès à la danse, et notamment le «ballet», en Tunisie reste limité et c’est en partant de ce constat qu’est venue l’idée d’ouvrir un cours pour permettre aux enfants qui n’ont pas la possibilité de s’offrir une formation en danse classique d’en profiter.

Aujourd’hui, onze enfants bénéficient gratuitement de ce programme, Selma donnant bénévolement une heure hebdomadaire, Studio El Houma offrant la salle de danse et tout cela chapeauté par l’association «The What Dance Can Do Project».

A 19h00, c’est un festival international dans sa première édition tunisienne que Studio El Houma accueille. Solocoreografico Solo dance festival est un festival de danse dédié aux chorégraphes et aux solistes, fondé en Italie en 2014 par le chorégraphe italien Raffael EIrace.

Cette édition tunisienne s’inscrit dans le Réseau Solocoreografico : Francfort (Gallus Theater), Turin (Teatro Café Müller), Tunis (Studio El Houma) et Oklahoma City (Oklahoma International Dance Festival).

En raison de la pandémie du covid-19, cette première édition de Tunis se déroulera sous forme de projections à Studio El Houma avec un public restreint, et en ligne avec diffusion en direct sur Facebook Live, le 19 juin à 19h00.

Durant cette soirée, six chorégraphies sélectionnées pour cette édition du festival seront dévoilées. Ces chorégraphies sont présentées pour la première fois ici à Tunis : «Over The Fence – Strawberries» chorégraphie de Cristina Golin, danse Rebecca Moriondo (Italie). «Free», chorégraphie et danse de Charfeddine Traoriti (Tunisie). «As It Was In The Past», chorégraphie d’Isabella Legato, danse Ada Tenuti (Italie), «Entre Ciel Et Terre», chorégraphie et danse par Afiadegnigban Kossivi Senagbe (Togo) «Mormora» chorégraphie de Francesco Mangiapane, danse de Ylenia Ambrosino (Italie). «Bach», chorégraphie de CollinConnor, danse Micah Bullard (USA).

Le solo est une technique de composition particulière qui, en plus des qualités techniques et d’interprétation du danseur, challenge le chorégraphe à une écriture pour une seule personne.

Selma Boukef, chorégraphe, à la tête de Studio El Houma, a déclaré : «Nous sommes arrivés à la conclusion que nous voulons toujours, surtout en ce moment, soutenir les artistes de la danse. C’est pour cela que nous avons donc décidé de maintenir cette édition. Nous avons décidé de dédier le cadre du festival aux jeunes chorégraphes et danseurs qui se sont lancé des défis durant cette période difficile».

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire