A l’instar des autres gouvernorats, Kairouan s’est réveillé tôt, en ce 16 juin, pour vivre des moments exceptionnels avec les familles des 7.233 candidats dont 5.786 des lycées publics, 1.031 des lycées privés et 416 candidats libres.

Entourés d’importants dispositifs sécuritaires et un contrôle sanitaire rigoureux avec la prise de la température et la distribution de gel et de bavettes, les candidats, dont beaucoup avaient les yeux cernés à cause du manque de sommeil, se sont rendus tôt hier matin à leurs centres d’examen respectifs pour passer la première épreuve: la philosophie.

Notons dans ce contexte que deux candidats incarcérés ont passé l’épreuve dans la prison civile de Kairouan dans de bonne conditions.

Par ailleurs, 10 candidats testés positifs au Covid-19 ont été transférés au Centre d’examen à Mahdia disposant de structures d’accueil et d’hébergement adéquates. A côté de cela, des espaces pour candidats sont opérationnels dans les 31 centres d’examen dès que des cas Covid sont signalés.

En somme, la première journée du Bac s’est passée dans des conditions sanitaires optimales même si on a signalé quelques cas d’évanouissement  dus à la psychose du corona.

En outre, dès qu’on a appris par les responsables de l’hôpital de Haffouz qu’une candidate qui passait son bac est atteinte du virus, elle a été transférée vers 10h00 à un autre espace, afin qu’elle ne contamine pas ses camarades. Clin d’œil sur le lycée Ibn Rachik dont la direction a offert des gâteaux et des bonbons à tous les candidats.

Mme Salwa Mensi, qui accompagnait son fils Youssef (section Sciences), ne cache pas son émotion : «A travers nos enfants, nous revivons notre propre parcours scolaire et je trouve que c’est important d’être aux petits soins avec nos enfants et de les réconforter, surtout en cette période où Kairouan connaît une augmentation effrayante des contaminations. On a même enregistré le décès de deux nourrissons âgés de 2 mois…».

Notons que l’épreuve de philo a duré quatre heures pour la section Lettres et trois heures pour les élèves des autres sections. Vers 11h45, les premiers groupes de candidats surgissent, jubilant d’avoir travaillé sur des thèmes classiques et à la portée.

Candidat à la section Lettres, Adel affiche un air serein et confiant : «J’ai choisi le 2e sujet tout en essayant de me surpasser pour être parmi l’élite afin que mes parents soient fiers de moi».

Chiraz est une candidate brillante du baccalauréat Economie et Gestion. Elle a réussi à obtenir une moyenne de 15 au cours de l’année. Elle préfère penser aux prochaines épreuves». Je peux dire que le premier jour s’est bien passé, les sujets ont été à la portée. J’ai bien travaillé au cours de l’année scolaire. Hier, j’ai arrêté la révision. Le soir, j’ai regardé la télévision avec ma famille pour décompresser et être en forme le jour de l’examen».

Inès, de la section Lettres, a les mêmes impressions : «A vrai dire, j’ai choisi l’étude de texte. Je préfère opter pour la sécurité, au moins on a les questions qui nous servent de guide. De plus, le texte était accessible… J’espère réussir avec une bonne moyenne même si avec la philo, on n’est jamais sûr…».

Notons que des candidats africains inscrits dans des lycées privés ont eu la possibilité de passer leur épreuve en langue française. D’autres candidats à besoins spécifiques ont passé leur examen dans des conditions spéciales, bénéficiant d’un temps supplémentaire à cause de leur handicap.

Charger plus d'articles
Charger plus par Fatma ZAGHOUANI
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire