C’est un festival avec ses invités, son tapis rouge et son côté paillettes, mais pas seulement, Gabès Cinéma Fen est un lieu où l’image se manifeste de plus d’une manière. C’est un festival de découverte, de réflexion et de regard.   

Vendredi soir, la 3e édition de Gabès Cinéma Fen a bien démarré.  Nul n’était sûr de la tenue de ce festival qui, comme tout autre rendez-vous culturel et artistique, s’est trouvé malmené par les aléas d’un virus tenace. Enfin, la ville de Gabès a retrouvé son festival, le dynamisme d’une jeunesse qui s’active, l’effervescence d’un public qui trouve dans cet évènement une réflexion sur la ville, le littoral, l’environnement et la création. Autour d’un axe essentiel qui est l’image dans ses expressions plurielles, qu’elles soient cinématographiques, vidéo ou virtuelles, Gabès Cinéma Fen construit un propos qui interpelle, qui questionne et qui excite. Le public et les festivaliers n’ont pas non plus été privés de tapis rouge, photographes et d’un bel accueil, Gabès n’a pas lésiné sur les détails pour que ce festival tout jeune soit marqué comme un réel rendez-vous des professionnels de l’image. Protocole sanitaire de rigueur, rien n’est laissé au hasard pour protéger les festivaliers et les invités. En diffusion directe sur la Watanya 1, la cérémonie d’ouverture a démarré avec Erkez Hip-Hop, l’énergie du groupe qui marie Mezouèd au rap a donné le ton à la suite, énergie, effervescence et joie de vivre. Les invités du festival qui ont défilé sur le tapis rouge et qui seront présents tout au long du festival ne sont autres que les artistes, réalisateurs et autres créateurs de l’image.  La pétillante Yasmine Dimassi qui a assuré la présentation de la cérémonie a, avec élégance, présenté les différentes sections du festival. Un grand moment d’émotion et de sincérité fut celui des hommages : celui rendu à Moufida Telatli et à l’amie et le soutien de tous, Zeyneb Farhat. Dans deux vidéos, l’équipe du festival a marqué dans les esprits des présents ce qu’étaient ces deux dames de la culture. Leur force et leur engagement. Gabès Cinéma Fen se poursuit jusqu’au 26 juin avec sa compétition, des rencontres, ses arts vidéo, sa réalité virtuelle et toutes les sections qui font de lui une rencontre unique pour réfléchir notre image, celle que nous voulons donner, celle qui plaît à l’autre de voir, celle qui nous raconte et par laquelle on se raconte.

Charger plus d'articles
Charger plus par Asma DRISSI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire