L’Espérance ST a conservé la Ligue des champions d’Afrique de football en battant le WA Casablanca (1-0), après une fin en queue de poisson de la finale retour, arrêtée définitivement à la 63 au terme de 84 longues minutes de palabres par l’arbitre gambien Bakari Gassama suite à des protestations du club marocain sur un but invalidé pour une position d’hors jeu, vendredi soir à Radès.
Les joueurs du Widad, menés 1 à 0 après le but de Youssef Belaili à la 41, ont refusé de reprendre le jeu, exigeant de recourir à la VAR pour vérifier la validité du but, mais apparemment une panne technique n’a pu permettre de donner suite à cette requête.
En finale aller, disputée vendredi dernier à Rabat, les deux équipes avaient fait match nul (1-1).
La formation tunisienne qui assure ainsi sa qualification pour le Mondial des clubs, décroche sa quatrième couronne africaine après les sacres de 1994 face au Zamalek, 2011 aux dépens de WA Casablanca également et 2018 devant Al Ahly d’Egypte.
Pour ce match décisif, le tenant du titre évoluait sans les trois titulaires, le gardien Ben Cherifia, le défenseur Chamseddine Dhaoudi et le milieu de terrain Chaalali, suspendus et remplacés par Rami Jeridi, Mohamed Ali Yacoubi et Saad Beguir. Côté WA Casablanca, amoindri aussi par Dari Nakache, suppléés par Yahya Jabrane et Badii Aouk.
Alors que l’Espérance avait besoin d’un nul vierge pour décrocher le titre, le WA Casablanca était obligé de l’emporter pour coiffer au poteau son rival maghrébin. Les protégés de Faouzi Benzarti optaient ainsi pour le pressing haut pour contrarier les plans offensifs de l’adversaire et tenter de le surprendre en créant le surnombre en attaque.
Mais c’est l’Espérance ST qui se montrait la plus menaçante à l’instar de Beguir qui laissait échapper une bonne occasion en ratant sa reprise du pied gauche à la limite de la surface de réparation (21). Les sang et or maintenaient la pression, obligeant les Marocains à défendre, mais les joueurs sang et or manquaient
d’imagination à l’approche des buts.
Paradoxalement c’est le WA Casablanca, jusqu’ici moins entreprenant, qui se créait la meilleure occasion à la 33, mais Walid El Karti, très bien servi dans la surface, voyait sa puissante frappe du pied droit repousser par le gardien Rami Jeridi.
L’Espérance ST repliquait par Youssef Belaili qui a failli tromper le gardien Tegnaouti sur une passe décisive de Derbali au deuxième poteau (36).
Le jeu se débridait et les protégés de Benzarti tentaient à leur tour de forcer la décison, mais la reprise de la tête de Hassouni manquait de précision (38).
La formation tunisienne faisait preuve de plus de réussite. Après une nouvelle occasion de la tête de Badri contrée difficilement par Tagnaouti, les « sang et or » prenaient l’avantage à la 41 par Youssef Belaili sur un superbe tir enveloppé, en profitant d’une passe décisive dans la surface de réparation de Ayman Ben Mohamed.
Au terme de la mi-temps, le tenant du titre regagnait les vestiaires avec un avantage bien mérité, le même scénario qu’en finale aller, mais la formation marocaine n’a visiblement pas dit son dernier mot.
A la reprise, la formation marocaine, obligée de remonter son retard, se montrait très entreprenante. Après une grosse occasion manquée à la 51 et une double parade de Rami Jeridi (54), le Widad inscrivait le but litigieux de la tête par Hassouni à la 59, invalidé aussitôt par l’arbitre gambien Bakary Papa Gassama et qui empêchera définitivement la reprise du match, les Widadi insistant pour le recours à la VAR pour vérifier la validité du but et butant sur la décision inflexible de l’arbitre.
La tension est montée d’un cran lorsqu’un joueur du Widad a soulevé l’écran du VAR, aussitôt suivi par l’intrusion d’un supporter de l’Espérance ST qui a été rapidement neutralisé par les forces de sécurité.
Les palabres se sont poursuivies après l’arrêt du match entre l’arbitre, le commissaire de match et les responsables de la CAF, avant la descente sur la pelouse du président de la confédération africaine Ahmed Ahmed lui-même pour essayer de faire reprendre le jeu.
Entre temps l’entraîneur Faouzi Benzarti a empêché ses joueurs de reprendre la rencontre avant le recours au VAR.
Au terme de cette fin inattendue du derby maghrébin et de la finale continentale qui a terni l’image du football africain, le chef du gouvernement Youssef Chahed, le président de la CAF Ahmed Ahmed et président de la fédération tunisienne de football Wadii Jary ont remis les médailles aux joueurs « sang et or » avant de remettre le précieux trophée au portier Moez Ben Cherifia, alors que la cérémonie a été boycottée par l’équipe du Widad.
Formations:
Espérance ST: Rami Jeridi, Ayman Ben Mohamed, Khalil Chammam, Mohamed Ali Yaakoubi, Sameh Derbali, Franck Kom, Fousseny Coulibaly, Saad Beguir, Youssef Belaili (Hamdou Houni 61), Anice Badri et Taha Yassine Khenissi.
WA Casablanca: Ridha Tegnaouti, Mohamed Nahiri, Ayoub Amloud, Cheikh Comara, Abdellatif Noussair, Yahia Jabrane, Salaheddine Saidi, Walid El Karti, Ismail Haddad, Badii Aouk, Ayman Hassouni.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire