Le pouvoir est-il «une affaire d’hommes» ? Les femmes résistent-elles à l’exercice du pouvoir ? Existe-t-il un pouvoir au féminin ? Le monde actuel concède-t-il à la pleine et égale participation des femmes à la vie politique, économique, sociale et culturelle ?

L’île de Djerba accueillera officiellement, les 20 et 21 novembre 2021, le prochain Sommet de l’Organisation internationale de la francophonie. C’est sur une initiative du Président de la République, Kaïs Saïed, et en coordination avec la secrétaire générale de l’OIF que les assises du Sommet se dérouleront, non pas à Tunis, mais à Djerba. En marge des travaux du sommet, les 49es Assises internationales de la presse francophone se tiendront aussi du 17 au 19 novembre 2021 mais à Hammamet. En effet, chaque année, journalistes, éditeurs, patrons de la presse écrite et audiovisuelle, enseignants, chercheurs venant de plus de 50 pays francophones se réunissent autour des grandes questions des médias francophones et autres.

Pour ces assises, au vu des conditions épidémiologiques, les organisateurs de cet événement tablent sur une présence d’environ 150 personnes des différentes sections de l’Union de la presse francophone issues de l’espace francophone.

Cette édition se tiendra sous le thème «Femmes et pouvoir, pouvoirs des femmes», pour réfléchir, débattre, échanger sur ces questions qui intéressent le développement de la profession, du rôle de la femme notamment dans cette crise pandémique. Le pouvoir est-il «une affaire d’hommes» ? Les femmes résistent-elles à l’exercice du pouvoir ? Existe-t-il un pouvoir au féminin ? Le monde actuel concède-t-il à la pleine et égale participation des femmes à la vie politique, économique, sociale et culturelle ? Quel représentation du féminin dans les discours politiques et médiatiques ? Quel espace d’expression pour les femmes au pouvoir dans les médias ? A l’heure où les questions de représentations féminines occupent le devant de la scène mondiale, où les voix s’élèvent de plus en plus dans le monde pour dénoncer les stéréotypes et les dépréciations de l’image des femmes, les Assises internationales choisissent de questionner le discours sur le féminin sur nos sociétés actuelles.

 

Lieux de réflexion

Assises ou Conférences internationales sont des lieux de réflexion sur les évolutions et les mutations extraordinaires qui bouleversent notre monde médiatique, sur le plan technologique, économique ou sociétal.

L’Union internationale de la presse francophone (UPF) est la plus ancienne association francophone de journalistes reconnue par les organisations internationales (ONU, Unesco, Acct…). Sa création précède celle de la Conférence des ministres de l’Education nationale des pays francophones qui est la première institution officielle francophone connue.

L’UPF est née le 13 mai 1950, sous l’appellation d’origine d’Association internationale des journalistes de langue française (Aijlf), d’une initiative franco-canadienne. Le temps d’une rencontre, des journalistes français et canadiens lancent et concrétisent le projet. L’UPF voit le jour et fait adopter son acte de création par le congrès des syndicats national des journalistes français (SNJ) qui se réunissait à Limoges.

En 2019, la section Tunisie de l’Union de la presse francophone (UPF) a été officiellement créée lors d’une assemblée constitutive à Tunis. Zara Nazarian, secrétaire générale de l’UPF, avait indiqué que le lancement de cette structure intervient après plusieurs tentatives qui ont eu lieu durant des années.

Notons que le journal La Presse est représenté par plusieurs journalistes dans cette union qui vise à promouvoir la presse francophone et défendre les journalistes francophones tunisiens.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Khalil JELASSI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire