A moins d’une surprise de dernière minute, l’ancien international et joueur emblématique du club succédera à Mouine Chaâbani. Son arrivée à la tête du club « sang et or » suscite beaucoup d’espoir et d’interrogations.

Certains échos annoncent son arrivée hier à Tunis pour officialiser l’accord de principe conclu avec Hamdi Meddeb. L’ancien international et joueur emblématique du club, Radhi Jaidi, succédera à Mouine Chaâbani, à moins d’une surprise de dernière minute. Au moment où nous mettions sous presse, l’information n’a pas été encore officialisée par l’Espérance Sportive de Tunis bien que Tarek Dhiab ait félicité Radhi Jaïdi depuis avant-hier soir, lui souhaitant bonne chance dans sa nouvelle mission à la tête de l’équipe première de l’EST.

L’arrivée de Radhi Jaïdi a fait couler beaucoup d’encre avant-même sa prise de fonctions. Si une frange de supporters voit en lui l’homme providentiel capable par son vécu de joueur et par son expérience d’entraîneur, si courte soit-elle, mais riche en termes de qualité, de redorer le blason de l’équipe, une autre partie du public « sang et or » craint que son vécu d’entraineur ne suffise pas pour mener l’équipe à bon port.

Six ans d’expérience

Comme entraineur, Radhi Jaïdi n’a que six ans d’expérience. Et s’il a parcouru l’Afrique comme joueur aussi bien sous les couleurs « sang et or » ou en portant le maillot de l’équipe nationale, il n’a pas entraîné en Afrique. Jaïdi a entamé sa carrière d’entraîneur en 2015 en entraînant les U23 de l’équipe anglaise, Southampton FC. Puis, il a tenté une expérience aux Etats-Unis en prenant en main les destinées de l’Athletic de Hartford. Enfin, il occupe le poste d’entraîneur adjoint du club belge le Cercle Bruges… en attendant l’officialisation de son arrivée à l’EST. Si ce n’est déjà fait…

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire