75 migrants bloqués au large n’ont pu entrer dans le port de Zarzis
La migration clandestine de la rive sud de la Méditerranée vers l’Europe se poursuit sans rupture. Un fléau qui n’a pu être maîtrisé tout au long de l’année et qui prend de l’ampleur dès que les conditions climatiques s’améliorent, et notamment au printemps et en été. La situation sécuritaire instable en Libye est un autre facteur qui pousse des familles entières et des Africains de différentes nationalités à s’aventurer illégalement hors des frontières libyennes. Dernièrement, une embarcation, en provenance de Libye, ayant à son bord 75 africains, apparemment en panne, a été repérée par les autorités italiennes, dans les eaux internationales, au niveau de la ville de Zarzis. Le SOS lancé par les Italiens a été intercepté par le bateau «Marie dive 601». Les migrants ont été secourus par ce bateau qui est entré ensuite dans les eaux territoriales tunisiennes pour prendre la direction du port de Zarzis, cette ville qui pullule à l’heure actuelle de migrants d’origine subsaharienne. Mais il n’a pas été autorisé à accoster. Il se trouve au large avec à son bord les 75 migrants en plus des 18 membres de son équipage. La nourriture a été vite consommée. Les couvertures ne suffisent pas. Toujours en stand by, depuis quatre jours, l’embarcation et ses rescapés attendent de l’aide.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire