Avec le report du coup d’envoi de la Ligue 1 au 16 octobre, le sélectionneur national n’a qu’un seul choix : arrêter une liste de joueurs composés essentiellement d’expatriés. Au moins, eux, ils auront d’ici au 1er septembre quelques matches en jambes.

Reporter le coup d’envoi de la Ligue 1 au 16 octobre est insensé, si on prend en compte le calendrier international, aussi bien celui de nos clubs que celui de notre sélection nationale. En ce qui concerne nos équipes engagées dans les compétitions continentales interclubs, l’Espérance Sportive de Tunis et l’Etoile Sportive du Sahel en Ligue des champions ; l’US Ben Guerdane et le Club Sportif Sfaxien en Coupe de la CAF, elles auront à négocier le premier tour préliminaire entre les 10 et 12 septembre pour les matches aller, alors que les matches retour se disputeront entre les 17 et 19 septembre. Quant au deuxième tour préliminaire, il est programmé entre les 15 et 17 octobre pour la manche aller et entre les 22 et 24 du même mois pour la manche retour. Bref, nos clubs engagés dans les compétions continentales auront à disputer les premier et deuxième tours préliminaires, alors que leurs joueurs seront non compétitifs. Espérons que le tirage au sort, prévu ce dimanche, leur sera clément.
Le report du coup d’envoi de la Ligue 1 posera également problème à la sélection nationale qui négociera le deuxième tour des éliminatoires de la Coupe du monde dès le mois de septembre. Le premier match de ces éliminatoires contre la Guinée équatoriale est même programmé pour le 1er septembre. Nos internationaux auront l’avantage de disputer cette première sortie des éliminatoires du Mondial 2022 à domicile.
Quatre jours plus tard, soit le 5 septembre, notre team national aura à faire un déplacement en Zambie pour négocier le deuxième match de ces éliminatoires. La double confrontation contre la Mauritanie, les 9 et 10 octobre, se négociera aussi avant le coup d’envoi de la nouvelle saison du championnat national.

Un seul choix s’impose

Pour Mondher Kebaïer, un seul choix s’impose : arrêter une liste de joueurs composée essentiellement d’expatriés. Au moins, eux, ils auront d’ici au 1er septembre quelques matches en jambes. Le sélectionneur national a eu déjà recours à cette solution à chaque fois que les joueurs locaux manquaient de compétition. Et de toute manière, même quand les locaux ne manquaient pas de temps de jeu, les expatriés ont constitué ces derniers temps l’ossature de l’équipe nationale.
Au 1er septembre, tous les expatriés, déjà bien installés dans leurs clubs, auront fait une préparation d’intersaison adéquate et, croisons les doigts, auraient été utilisés par les entraîneurs de leurs clubs pour qu’ils soient suffisamment compétitifs.
Une chose est sûre, les internationaux, qui fouleront la pelouse de l’Olympique de Radès le 1er septembre, doivent redoubler d’efforts pour obtenir les trois points de la victoire. La Guinée équatoriale est, certes, un adversaire qui force le respect, mais nos joueurs doivent gagner ce premier match des éliminatoires s’ils veulent avoir des chances intactes pour se qualifier à la phase finale du Mondial qatari. En ce qui concerne le deuxième match contre la Zambie, c’est un déplacement périlleux, certes, mais tenir en échec notre hôte demeure dans nos cordes. Quant à la double confrontation contre la Mauritanie au mois d’octobre, c’est largement dans les cordes. Il ne faut pas sousestimer notre adversaire pour autant. Bref, le bras de fer entre la FTF et le CS Chebba, qui semble toucher à sa fin, influe encore sur notre football. Wadii Al Jarii, par ego personnel, refuse de se déclarer défait par Taoufik Mkacher et cherche, à tout prix, une sortie « honorable » à titre personnel dans ce conflit qui, à la base, l’oppose au président du CS Chebba avant de s’étendre à deux institutions, la FTF d’un côté et le club de Chebba de l’autre. Il est clair que le report du coup d’envoi au 16 octobre de la nouvelle saison la Ligue 1 est lié à l’affaire du CS Chebba. Un club qui retrouve sa place parmi l’élite, ce qui impose une réorganisation de la compétition de la Ligue 1. Tout cela au détriment de nos représentants dans les compétitions continentales interclubs et, surtout, à la défaveur de notre team national, qui disputera, à partir du mois de septembre, les qualifications au Mondial 2022. Des qualifications que le Onze national n’entamera sans doute pas sous sa meilleure forme. Et c’est bien dommage !

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire