La fin du mois d’août, c’est la période du retour de nos compatriotes à leurs lieux de travail à l’étranger. Ils font les emplettes tous les jours. Les souks hebdomadaires sont archicombles. Les mariages sont un peu partout. Le protocole sanitaire n’est pas respecté dans les grandes surfaces, les avenues, la plage, les restaurants, les cafés et les administrations. Celle des affaires sociales est déjà fermée. Une animation sans contrôle a fait que la situation est vraiment alarmante. Le nombre de cas positifs varie entre 50 et 100 par jour, alors que les décès sont quotidiens. 

Commune : pas de changement

En ce qui concerne le Conseil municipal qui devait être gelé depuis le 25 juillet, l’on peut dire que  rien n’a changé. Deux ou trois chefs d’arrondissement sur cinq ont tout fait pour balayer devant leurs maisons et le reste de la zone communale est abandonné.

Les citoyens auraient souhaité que le chef de service technique prenne les choses en main, sur le terrain, pour programmer des campagnes de propreté aux environs de tous les établissements scolaires avant la rentrée qui pointe à l’horizon, mais en vain. Selon les observateurs, ce sont les mêmes conseillers d’avant le 25 juillet qui font mainmise sur les engins et les équipements du parc municipal et les font travailler dans des endroits déterminés. Même le pauvre ouvrier, décédé sous l’effet d’un coup de soleil, à la fin du mois passé, sur la route touristique n’a pas été remplacé. Les ordures que ramassait ce défunt dans sa brouette jonchent toujours les deux rives de l’avenue.

Charger plus d'articles
Charger plus par Dhaou MAATOUG
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire