L’Union générale tunisienne du travail (UGTT) et des partis politiques ont affirmé avoir décliné une invitation de l’ambassade des États-Unis à Tunis pour participer à une rencontre avec une délégation du Congrès américain.

Des parlementaires, des représentants d’organisations nationales et de formations politiques sont convoqués.

Une délégation du Congrès américain effectuera les 4 et 5 septembre courant une visite à Tunis.

Cette visite a été au centre de la rencontre qu’a eue vendredi le ministre des Affaires étrangères Othman Jerandi avec l’ambassadeur américain à Tunis, Donald Blome.

Le mouvement Echaâb a indiqué avoir reçu une invitation, au nom de la députée Leila Haddad, pour participer à la rencontre.

Le parti a décliné l’invitation, réaffirmant sa position de principe sur la nécessité de protéger la souveraineté nationale et de s’opposer à toute tentative d’ingérence étrangère, lit-on, vendredi, dans une déclaration publiée par cette formation politique.

Le Parti destourien libre (PDL) a également affirmé avoir rejeté cette invitation, rappelant, dans ce sens, son appel à écarter l’organisation « National Democratic Institute (NDI) » (une institution américaine qui œuvre à promouvoir la démocratie dans le monde) du parlement.
Dans une déclaration publiée vendredi, le PDL a insisté sur l’impératif de préserver la souveraineté nationale.

De son coté, le parti « Alliance pour la Tunisie » a, dans une déclaration, dénoncé tout appel à l’ingérence étrangère dans les affaires internes de la Tunisie, estimant qu’il s’agit « d’une haute trahison ».

Outre les partis politiques, l’UGTT, en la personne de son secrétaire général Sami Tahri, a dit rejeter cette invitation. « Les problèmes internes se résolvent uniquement entre Tunisiens », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

La centrale syndicale ne prendra part à la rencontre prévue la délégation américaine, a-t-il assuré.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire