Le timing était idéal afin de présenter en avant-première une pièce de théâtre engagée, entièrement campée par des adolescents, passionnés de théâtre et sensibles à des causes humaines, traitées dans cette œuvre. «La mission» est présentée par l’association ADO+, mise en scène par Walid Ayadi en une semaine chrono, et risque fort de faire la tournée d’autres scènes, notamment celles des établissements scolaires et éducatifs. 

Réalisé dans le cadre du projet «Elles… Maintenant», qui vise à renforcer l’autonomisation des futures femmes leaders (élèves du secondaire), à travers la formation des adolescentes et des adolescents autour du système politique, le leadership féminin, les principes de gouvernance et la prise de parole en public et dans les médias, cet aboutissement artistique a été signé par ADO+, en partenariat avec le Forum des Fédérations et le soutien indéfectible du gouvernement canadien. 

L’axe principal traité dans la pièce tourne autour de l’égalité des genres : notions dans l’air du temps, qui touche de près les jeunes, en pleine adolescence. La pièce se passe dans un établissement d’enseignement, collège / lycée, et brosse différentes situations entre jeunes élèves, en relation entre eux/elles, ou bien mis en contact avec leurs enseignants, installant ainsi, par moments, un dialogue intergénérationnel sur la notion du genre, chez les jeunes, tout sexe confondu.    Situations comiques, interprétations spontanées senties dans le jeu des jeunes acteurs et actrices, mouvements et éclairage attrayant captent l’attention du spectateur pendant au moins une heure. Sur scène, tous les jeunes acteurs et actrices sont âgés de 14 à 18 ans et s’adonnent pour la première fois au 4e art. Un art qui sensibilise et éveille leurs sens, en impactant le public.   

Situations comiques, interprétations spontanées senties dans le jeu des jeunes acteurs et actrices, mouvements et éclairage attrayant captent l’attention du spectateur pendant au moins une heure.

La pièce a été ficelée dans le cadre du «Camp artistique II» sur l’égalité des genres qui s’est déroulé du 1er au 7 septembre 2021. Les droits humains des femmes et des filles étant au centre des préoccupations, ces axes ont finalement pris le dessus lors de l’écriture du texte, qui s’avère fourré de messages, critique, qui incite à la réflexion et fait allusion même à des solutions communes. De nombreuses scènes autour de la discrimination basée sur le genre ont truffé toute la pièce. Souvent dérisoires et ironiques, elles provoquent rires et réflexions en dénonçant tout acte discriminatoire ou violent subi par des jeunes. Les adolescents sont issus de différents gouvernorats, dont Kébili, El Kef, Béja, Ariana, Tunis, entre autres. Walid Ayadi, pédagogue, professeur, metteur en scène et spécialiste de la scène, a souligné l’importance de cette thématique et la manière sensible à adopter afin de bien la traiter. Il a également cité le rôle du corps enseignant dans le processus des changements des mentalités, seule issue afin de réduire la discrimination pesante entre les genres. Toujours selon Walid Ayadi, qui s’est adressé à la foule, vers la fin du spectacle, le théâtre est l‘un des rares espaces de communication et de réflexions où les personnes peuvent s’adonner à tous types de sujet et de conversation sans tabou : s’appuyer sur cet art pour provoquer un changement social, ou autre, reste important et ne peut que retentir à travers les générations.                

Le projet «Elles… Maintenant» vise à accroître la capacité des femmes à assurer des rôles de leadership et à s’emparer des processus de gouvernance. Il incite également à influencer les politiques en matière d’égalité des sexes et globalement à améliorer l’inclusion des femmes dans la gouvernance.

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire