Un citoyen tunisien a posté hier une photo où on voit deux objets métalliques délibérément déposés de part et d’autre de la chaussée devant son commerce pour bloquer l’accès et le stationnement aux automobiles. Un retour en force de cette pratique interdite par la loi que  certains s’amusent encore à braver au nom de l’appropriation de l’espace. Le sentiment d’impunité continue. La page facebook citoyenne «winou etrottoir», qui défend le droit d’accès au trottoir aux piétons, a posté le message suivant du citoyen ayant pris la photo témoin. «Avis aux commerçants et aux citoyens. L’Article 444 bis du code pénal mentionne que toute personne, qui entrave une voie publique en plaçant ou y laissant inutilement des matériaux ou des objets quelconques qui empêchent le libre passage ou rendent la circulation dangereuse, est passible d’une amende. Il peut être condamné également à une peine d’emprisonnement allant de dix jours à deux mois». A bon entendeur salut…

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Salem Kechiche
Charger plus dans Société

Un commentaire

  1. Maghzaoui

    15/09/2021 à 18:22

    Monsieur Kechiche,
    Comme vous le saviez certainement, par sa nature le Tunisien aime défier la loi et malheureusement les autorités brillent par leur absence là où il fallait pas.
    Pourquoi la police municipale tarde à intervenir pour punir les irréductibles qui ne comprennent que lorsque vous leur laissé le porte monnaie à sec, pour combattre l’incivilité du Tunisien il faut lui dresser une police à la manière Suisse qui vous oblige à respecter la loi, faute de quoi elle vous  » éduque  » par des grosses contraventions pour respecter la loi.

    Répondre

Laisser un commentaire