Les start-up spécialisées dans la lutte contre le gaspillage alimentaire ont développé leurs propres technologies pour permettre aux grandes enseignes de distribution de réduire la perte des produits, dont la date de péremption est proche.


En Tunisie, les chiffres et les données sur le gaspillage alimentaire sont très rares.  Les dernières statistiques retrouvées nous indiquent que le gaspillage alimentaire des familles tunisiennes est estimé à 572 millions de dinars (MD) par an, soit 5% des dépenses alimentaires, selon les chiffres publiés par l’Institut national de la consommation (INC). Ce chiffre est d’autant plus alarmant que le nombre de personnes sous-alimentées s’élève à 500.000.

Le phénomène de gaspillage alimentaire est généralement lié au mois saint. Mais pas que ! Le Tunisien se laisse souvent aller et achète d’une manière excessive. Durant ce mois, près du tiers des repas préparés est jeté à la poubelle. Des produits et des plats, parfois non entamés, sont jetés quotidiennement. Les Tunisiens achètent du pain quotidiennement, même lorsque cela n’est pas nécessaire. En 2018, plus de 10% (100 millions de dinars) du pain fabriqué dans les boulangeries à été jeté. Ce chiffre reste inchangé en 2019 avec près de 113 mille t de pain gaspillés par an. L’éveil doit commencer par les producteurs et se diriger vers les consommateurs.

Rapprocher producteurs et consommateurs

Toutefois, une légère amélioration a été constatée lors du confinement dans lequel a été plongé le pays. Durant ces mois, malgré un pic de consommation en début de confinement, les Tunisiens ont su dépenser intelligemment et sans céder aux achats superflus.

Plusieurs applications mobiles, dont Foodealz, première sur le marché maghrébin et la région Mena, œuvrent pour la lutte anti-gaspillage alimentaire, tout comme «Karma», «Too Good To Go»,  «Phenix»… Limiter le gaspillage alimentaire en Tunisie et éviter ses répercussions économiques et écologiques son désormais possible à travers une application mobile «Foodealz». Cette application anti-gaspillage alimentaire propose des «deals» aux utilisateurs qui bénéficient de prix avantageux pour des invendus de restaurants, magasins et cafés, de manière à ce qu’ils ne soient pas gaspillés.

Cette start-up est une idée qui émane de deux jeunes Tunisiens, en l’occurrence Rim El Fahem et Iskander El Amri. D’après eux, l’idée de la création de l’application est venue alors que les deux cofondateurs poursuivaient leurs cursus universitaires, l’un aux États-unis, l’autre au Canada. A chaque fois qu’ils rentraient en Tunisie, ils remarquaient qu’en dépit de la hausse des prix, de produits dans les supermarchés qu’au niveau des restaurants et pâtisseries, d’énormes quantités de nourriture sont gaspillées tous les jours, vu l’amplification du phénomène de la société de consommation. «En décembre 2019, nous avons créé l’entreprise et en janvier 2020, nous avons eu le label Start-up», précise-t-il. Certes, l’application ne résout pas entièrement le problème du gaspillage alimentaire, mais vise à rapprocher producteurs et consommateurs dans une démarche de consommation responsable. La mission de Foodealz est de faire gagner de l’argent aux consommateurs, grâce aux deals des restaurants, supermarchés, pâtisseries à proximité d’eux, et cela en sauvant la planète ! Mais comment Foodealz protège la planète ? Les partenaires de Foodealz proposent les produits de qualité, invendus du jour ou encore les aliments de très bonne qualité dont la date de péremption est proche, à des prix très intéressants. Ainsi, ces aliments sont sauvés via des deals (ventes flash) et consommés. Il s’agit d’un rendez-vous quotidien dans lequel les deux parties sont gagnantes et la planète aussi. 

Que se passe-t-il ailleurs ?

Les pertes et le gaspillage de produits alimentaires dans la région Proche-Orient et Afrique du Nord sont considérables, et contribuent à réduire la disponibilité des aliments, à aggraver la pénurie d’eau, à accélérer la dégradation de l’environnement et à accroître le recours aux importations alimentaires, dont la région est déjà fortement tributaire. La réduction des pertes et du gaspillage de produits alimentaires est reconnue aujourd’hui comme un aspect prioritaire pour lutter contre la faim et contrer les menaces pesant sur les écosystèmes.

La région du Proche-Orient et Afrique du Nord est définie comme déficitaire en nourriture et a recours à l’importation de plus de 50 % de produits alimentaires afin de répondre aux besoins caloriques de ses populations. Ses pertes et gaspillages en nourriture sont estimés à plus de 200 kg par personne et par an, soit une valeur économique de plus de 50 milliards de dollars annuellement.

Il est à signaler, par ailleurs, que près de 88 millions de tonnes de nourriture sont jetées en Europe par an, soit un coût de 143 milliards d’euros, selon le rapport «Impacts on natural resources», «Food wastage footprint» de FAO, et celui de la commission européenne sur le gaspillage alimentaire. La start-up franco-luxembourgeoise «Food4All» a décidé d’enrayer cette spirale grâce aux données, à l’intelligence artificielle et aux nouvelles technologies.

Depuis sa création en 2018, «Food4All» utilise la technologie pour créer un logiciel dédié aux supermarchés. Via un tableau de bord conçu pour être intuitif, les gérants des grandes surfaces peuvent suivre en temps réel leurs stocks. En effet, grâce à un logiciel d’optimisation, le tableau de bord est actualisé à la minute, grâce aux données transmises de l’inventaire.

Cette solution offre aux consommateurs un accès à des aliments de haute qualité à un prix abordable. En parallèle, elle permet à la direction et aux personnels du magasin de marquer efficacement les marchandises à prix réduit. Via une application et un système d’impression et de numérisation simple à utiliser, les clients y trouvent facilement leur compte, tout en gagnant en pouvoir d’achat. Les supermarchés peuvent renforcer le contrôle de leurs stocks et proposer une politique de prix attractive.

Charger plus d'articles
  • Des faits et des chiffres

    4,6% Durant le mois de septembre, et pour le deuxième mois consécutif, les échanges commer…
  • Ils ont dit

    Taoufik Rajhi, ancien ministre chargé des Grandes réformes Si «le peuple veut» éliminer l’…
  • EXPRESS

    La Poste tunisienne: Le nombre d’épargnants  a atteint 4 millions Selon le rapport 2020 de…
Charger plus par Saoussen BOULEKBACHE
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire