Inscrit dans le contexte du projet «Hess el Mouh’it», «Evasions Sonores» propose les deux performances, «Tout est vibration» de Oussama El Menchaoui et «Fusion toxique», signée Dawan.


Le Goethe-Institut Tunis, en partenariat avec Inkyfada Podcast et la Heinrich Böll Foundation, présente l’événement «Évasions Sonores», une séance d’écoute suivi d’un débat d’idées, aujourd’hui, à partir de 18h00, en direct depuis les pages Facebook des trois partenaires.

L’événement est organisé dans le cadre du premier atelier du projet «Hess el Mouh’it», un programme de formation dédié à la production de récits sonores en dialecte tunisien. Entre art et activisme, il vise à produire des contributions audios sur la question du changement climatique en Tunisie.

S’adressant aux artistes, journalistes, chercheurs, activistes, ainsi qu’aux étudiants et aux participant(e)s engage(s), le projet promeut un discours accessible et interdisciplinaire sur le changement climatique. L’idée étant d’encourager les participant(e)s à utiliser le médium du son comme outil d’exploration sur les récits locaux liés au changement climatique et de les inviter à réfléchir et à s’engager personnellement sur le sujet, en tenant compte de ses divers aspects économiques, politiques, sociaux et culturels. La formation s’est tenue du 17 au 19 septembre 2021 dans les locaux du Goethe-Institut.  Les journées des 22, 23 et 24 octobre 2021 constitueront le second atelier du programme. Il aura lieu dans un studio d’enregistrement et donnera l’opportunité aux participants de finaliser la production de leur podcast dans des conditions professionnelles. Dans un premier temps, les participant.(e).s ont travaillé avec des expert(e)s du changement climatique en Tunisie sur le développement de leurs pièces audio. Grâce à des séances d’écoute, des promenades sonores et des discussions collectives. La première session sera suivie d’un mois consacré à la recherche et l’enregistrement indépendant. Cette période est accompagnée par des expert(e)s qui se réuniront avec les participant(e)s sur une base hebdomadaire. La deuxième partie du programme est dédiée à la production des pièces audio. Assistés par des professionnels, les participants amélioreront leurs compétences en montage et production du son.

Inscrit dans ce contexte, «Evasions Sonores» nous propose, en accès libre et gratuit sur les pages Facbook du Goethe-Institut Tunis, d’Inkyfada Podcast et d’Heinrich Böll Foundation, à 18h00, deux performances, «Tout est vibration» de Oussama El Menchaoui et « Fusion toxique », signée Dawan. La première est une pièce sonore qui met en valeur le contraste entre les sons émis par la nature, les sons électromagnétiques (enregistrés avec un matériel spécifique) et la vie urbaine (Médina de Tunis). L’œuvre vient questionner les effets de la pollution électromagnétique sur nos cellules. Le public, par l’écoute approfondie, s’imprègne des différents paysages sonores. Différentes techniques ont été utilisées, telles que la synthèse granulaire, le feedback et le délai, le down pitching et différents effets de filtrage.

Artiste pluridisciplinaire et ingénieur du son, basé à Tunis, Oussama Menchaoui a fait partie de l’exposition Eniarof organisée par le E-Fest Festival en 2017, ainsi que Digital Shift et Electrical Fisorder (E-waste), deux expositions qui ont vu le jour grâce au Festival Interférence en 2021. Sa pratique comprend la musique, les arts numériques, l’expérimentation audiovisuelle, l’électronique et la programmation. Son travail invite à la contemplation et à la réflexion sur les sentiments humains quotidiens, mais aussi à sensibiliser le rapport humain à l’écologie.

«Fusion toxique» souligne le rapport fusionnel de l’urbanisme à la nature. L’expression «pollution sonore» ne suffit pas à décrire cette relation complexe, la pièce entend représenter le contraste entre le calme et la sérénité, l’ambiance sonore et paisible de la nature, face à l’anxiété des sonorités de l’urbain. L’œuvre a été produite grâce à différentes techniques de traitement et de modulation du son. De son vrai nom Hamza Nasraoui, Dawan est originaire de la pointe nord de la Tunisie. Il a débuté sa carrière sous le nom de SixHon, en jouant de la deep house et de la techno. En migrant vers des tonalités plus denses, il puise son inspiration dans des mélodies douces et sombres, de sorte qu’il a été introduit au future garage (Burial, Four Tet). Au début de l’année 2015, il a participé à la résidence Laboratory of Hearing, à Helsinki. Les projets musicaux de Dawan se démarquent par leur remarquable variété.

Un débat autour des performances artistiques alimentera le reste du programme.

Charger plus d'articles
Charger plus par Meysem MARROUKI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire