Le président directeur général de la pharmacie centrale, Bachir Yermani, a indiqué lundi que le stock national de médicaments de la pharmacie centrale connaît une pénurie au niveau de certains articles, soulignant qu’il couvre, néanmoins, les besoins à court et moyen terme.

Il a expliqué, dans une déclaration à la TAP, que le stock disponible à la pharmacie centrale est suffisant concernant un grand nombre de médicaments, mais il y’a une pénurie au niveau d’autres médicaments. La quantité disponible couvre les besoins au niveau national pour une période comprise entre un et trois mois seulement, a-t-il noté.

Yermani a rappelé que la pénurie enregistrée au niveau de certains médicaments est un phénomène mondial touchant la plupart des pays développés, qui à leur tour connaissent ce problème pour différentes raisons dont la crise du Covid-19.

Cette pénurie, selon la même source, est également liée au phénomène croissant de la contrebande ciblant un certain nombre de médicaments sensibles vers des pays voisins, dont l’insuline, en raison de sa disponibilité à bas prix en Tunisie. C’est un problème grave, a-t-il signalé appelant à fournir davantage d’efforts pour trouver les solutions adéquates.

Le responsable a dénoncé la prescription par certains médecins des médicaments ne figurant pas dans la liste des médicaments disponibles en pharmacie centrale ou encore ceux qui ont été retirés du marché.

Certains patients refusent des médicaments génériques, alors qu’ils ne sont pas moins efficaces que les médicaments d’habitude utilisés, a-t-il regretté.

Yermani a souligné que la pharmacie centrale, dont le rôle principal est d’importer des médicaments et approvisionner les hôpitaux publics, œuvre afin de fournir toutes sortes de ces produits et à favoriser un stock nécessaire notamment pour les personnes atteintes de maladies chroniques, a-t-il confirmé.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire