Après une rupture qui a duré deux années, à cause de la pandémie qui a frappé le monde entier et qui a modifié notre mode de vie et l’a impacté négativement sur tous les plans, les manifestations artistiques, culturelles… ont repris  leurs activités normales dont notamment le Salon de la création artisanale qui s’est tenu au cours de la semaine dernière, plus précisément du 1er au 10 octobre dernier.  Cette nouvelle édition  a connu une affluence plus ou moins modérée selon les créateurs et vendeurs d’articles artisanaux rencontrés sur les lieux mardi dernier.


Comme à l’accoutumée, les créateurs de tous genres d’articles, produits cométiques, ustensiles de cuisine, décoration de table… ont  été présents avec leurs nouvelles créations inspirées de notre patrimoine culturel et artisanal auxquels ils ont ajouté une touche d’originalité et de modernité pour qu’ils soient d’utilité et d’actualité de nos jours.  Mardi dernier, vers le coup de dix heures trente, la foule a commencé à affluer, curieuse de découvrir les dernières nouveautés en la matière. A notre arrivée, nous avons rencontré Eya, une jeune étudiante accompagnée de sa mère, venue dénicher des articles de décoration pour les préparatifs de son mariage. « Les articles mis à la vente sont trop chers et il n’y a pas vraiment de grands choix ! », c’est la première remarque qu’elle nous lance avant d’ajouter que la foire,  cette année, est marquée par la présence de plusieurs articles de beauté, des marques typiquement  tunisiennes bio, qui se vendent plus ou moins à prix abordables pour certains et d’autres  qui se vendent à un prix un peu exagéré. «Le lot pour  un soin de visage contenant deux  produits se vend à  plus de 70 dinars. Idem pour les serviettes de plage ou de bain qui se vendent trop cher par rapport à la qualité !  Les trois serviettes de bain atteignent les deux cents dinars car elles sont confectionnées à la main , en coton et elles sont écologiques aussi, selon la vendeuse de ces articles », note encore Eya. 

Nous avons quitté les deux visiteuses et nous nous sommes rendus devant  un stand proposant des ustensiles de cuisine en bois  dont l’utilité est tout d’abord décorative mais aussi fonctionnelle. Le vendeur nous précise que les prix de ces articles sont abordables comme à l’accoutumée pour ces petits objets de décoration, car les prix varient entre 5 et 25 dinars la pièce, mais il a précisé par ailleurs que les visiteurs n’étaient pas au rendez-vous lors de cette nouvelle édition et, après la reprise, car le timing n’était pas bien choisi. Ce vendeur aurait préféré que la foire s’organise pendant les vacances d’hiver au mois de mars  pour que les visiteurs intéressés puissent tout d’abord se déplacer et prendre leur temps pour visiter la foire mais aussi d’économiser un peu d’argent puisque le salon actuel coïncide bel et bien avec les dépenses de la rentrée scolaire et universitaire. En face de ce stand, nous avons découvert des créations purement artisanales, tels les tapis ou « margoum » en design berbère,  des habits pour mariées ou  des « djebbas » tendance pour tous les jours, ornés par des motifs et grigris inspirés du patrimoine typiquement tunisien.

Des prix qui montent en flèche

Grosso modo, la foire, comme jadis, comprend plusieurs stands qui proposent des créations originales, qui peuvent attirer des clients passionnés par les objets de décoration ou les habits traditionnels. Seul problème ! C’est le prix ! Il a monté en flèche,  vu la crise sanitaire qui a impacté négativement le budget de tous les Tunisiens  et  « ruiné » presque tous les secteurs, surtout ceux qui ont des fonctions libérales…… 

Mais côté organisation, rien à reprocher !  Contrôle sécuritaire et sanitaire avant d’entrer dans le grand hall du salon, les rayons sont bien organisés, les vendeurs  à l’heure, accueillants et bien prêts pour répondre à toutes les questions de leurs clients, les servir et leur montrer ce qu’ils ont confectionné et  créé pour leurs clients. L’art culinaire était aussi présent avec des patisseries tunisiennes comme les beignets de Zaghouan , la baklaoua…..

Des articles pour bébés et nouveau-nés

Même les nouveau-nés ont eu leur part cette année avec toute une partie réservée du salon pour les  jouets pour enfants,  les landaus, les moustiquaires  ainsi que les poupées en tissu , colorées en rose, en bleu et en d’autres couleurs attrayantes.

Les stands des produits de beauté naturels ont connu, quant à eux, une affluence remarquable de la gent féminine venue pour découvrir certains articles à base de produits naturels pour soigner quelques problèmes de peau, par exemple comme les acnés, ou combattre les rides et éclaircir la peau. ….

Le salon qui a ouvert ses portes cette année de 10h00  jusqu’à 19h00 a été riche, côté créations, exposition d’articles et nouveautés. Tout est disponible,  de la chachia traditionnelle à l’art de la table et de la maison, tels que les tabourets et poufs  en tissu,  les chaises en bois, les bougies parfumées et les parfums d’ambiance … tout ce qui attire et fait  plaisir aux sens olfactifs…. à l’œil, l’odorat, le goût….  Quant aux prix, ils sont peut-être abordables pour tous ceux et celles qui ont économisé pour pouvoir s’offrir de nouveaux articles pour leurs maisons afin de les relooker ou faire plaisir à leurs enfants et leur offrir de nouvelles pièces de qualité…

Charger plus d'articles
Charger plus par Hela SAYADI
Charger plus dans Magazine La Presse

Laisser un commentaire