«Les peronnes ne meurent pas quand on les enterre, elles meurent quand on les oublie».

A la mémoire de notre très cher et regretté père :

Abdelbaki Daly

Voilà déjà un an depuis que tu nous as quittés pour un monde meilleur, ton départ à laissé une immense douleur dans notre vie.

Nous n’oublions jamais tous les bons moments que nous avons passés ensemble, tes petits-enfants (Rayan et Iyad) ont gardé l’image du gentil papi, attentionné et tant aimable.

Tu resteras, toujours dans nos pensées, un homme élégant, intelligent, affectueux, un homme de raison, de sagesse et d’une grande culture, doté d’une énorme générosité et bienveillance.

En résumé, tu étais le papa, l’ami et l’homme parfait.

Ton sourire et ta joie de vie nous manquent déjà énormément.

Ton âme restera à jamais gravé dans mon cœur et ton image ne s’effacera plus de mon esprit. Repose en paix mon cher BAKI, que Dieu le Tout-Puissant t’accorde Son infinie Miséricorde et t’accueille dans Son éternel et vaste Paradis.

Que tous ceux qui t’ont connu et aimé récitent en ce jour la Fatiha à ta mémoire.

«Nous sommes à Dieu et à Lui nous retournons»

Ton fils Maher

Ta veuve Farida

Tes filles Mariem

et Hager

Toute la famille Daly

Charger plus d'articles
Charger plus par Nécrologie La Presse
Charger plus dans Nécrologie

Laisser un commentaire