L’Espérance Sportive de Tunis, quadruple champion d’Afrique, n’est pas à l’abri d’une mauvaise surprise et d’une précoce et inhabituelle élimination face aux Libyens d’Ittihad Tripoli. Le spectre de cette éventuelle désillusion est à chasser absolument par un plein rendement dès ce dimanche à Benghazi dans le cadre du premier tour de la Ligue des champions de l’édition 2021-2022. Et comme tous les derbies, le duel aller, qui aura lieu ce dimanche au stade des Martyrs à Benghazi (17h30), constituera un grand défi aussi bien pour les «Sang et Or» que pour les Tripolitains. Bien évidemment, il y a d’autres raisons à tenir en compte concernant la valeur respectable du club libyen. Il y a d’abord le fait que le football libyen en général renaît de ses cendres. Et il n’y a qu’à voir les résultats enregistrés par l’équipe nationale de Libye dans les éliminatoires de la Coupe du monde pour s’en rendre compte. Et pour ce qui concerne Al Ittihad, actuellement entraîné par l’Italien Giuseppe Sannino, il n’est autre que le champion de Libye en titre. Al Ittihad compte 17 titres de championnat, 7 coupes de Libye et 10 supercoupes (record) dont le dernier a été remporté en 2010, c’est-à-dire quelques mois avant le début de la guerre civile et des troubles en Libye. De plus, Al Ittihad regorge de joueurs de valeur à l’instar de Mootassam Sabbou, Moueïd Ellafi, Mohamed  Zaâbia (ex-EST), Ghazi Ayadi (ex-CA), Rabia Al-Shadi et Mehdi Mohamed pour n’en citer que quelques-uns.

Benghazi, étape cruciale

Il ne faut pas, non plus, occulter l’importance de la dernière préparation du représentant libyen qui s’est poursuivie en Egypte sur un rythme poussé. Elle fut notamment ponctuée de deux résultats significatifs dans les deux matches amicaux livrés à Ezzamalek (1-1) et Céramica Cléopatra (0-0). Du coup, l’Espérance est appelée à sortir le grand jeu et à aligner sa meilleure formation possible afin de franchir l’écueil tripolitain sans encombres.

Retour massif

Heureusement pour Radhi Jaïdi, le timonier «sang et or», que la liste des joueurs qui étaient indisponibles soit pour manque de préparation, soit pour blessures est devenue blanche. Même Anice Badri, qui se trouvait en France depuis le mois d’août pour une opération au dos, est revenu au parc B. Il commencera une période de remise en forme d’un mois environ. Coulibaly, Yaâcoubi, Chetti, Mechmoum, Arfaoui, Houni et tout le reste de l’effectif sont fin prêts pour être titularisés à l’occasion de cette double confrontation avec Al Ittihad de Tripoli. Il s’agit d’une étape à prendre au sérieux.

Charger plus d'articles
Charger plus par Amor Baccar
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire