La distribution de l’huile végétale subventionnée sur le marché tunisien va reprendre normalement, à partir du mardi 19 octobre 2021, a déclaré samedi à l’Agence TAP, Jamel El Oref, trésorier du Groupement professionnel des conditionneurs de l’huile alimentaire subventionnée, relevant de la CONECT.

Le marché de l’huile végétale subventionnée, produit actuellement en rupture de stock depuis près de 25 jours, sera approvisionné de 9000 tonnes, sachant que cette huile, dont le prix est bon marché (0,900 dinar/litre), est la principale denrée de base consommée par les familles tunisiennes à faible et à moyen revenus.

Confrontés à ce manque, les Tunisiens ont recours aux huiles végétales non subventionnées, conditionnées dans des bouteilles en plastique et vendues à plus de 4 dinars /litre, faute de pouvoir acheter l’huile d’olive.

Toutefois, cette quantité satisfera, seulement, une demande de 20 jours, a précisé le responsable, soulignant, à cet égard, que des promesses pour réguler le marché de l’huile végétale subventionnée, d’ici la fin d’année, ont été faites par la ministre du Commerce et du Développement des exportations, Fadhila Rabhi Ben Hamza, nommée récemment au gouvernement de Najla Bouden.

L’offre sur le marché de l’huile végétale, qui est subventionnée par l’État à hauteur de 1,500 dinar, le litre, a enregistré des perturbations durant ces trois dernières années, à cause d’une pénurie de stock enregistrée de manière chronique, en raison de l’absence d’une stratégie pour prévoir un stock régulateur pour ce produit, a expliqué El OrefAinsi, le budget alloué à l’importation de ce produit ne suffit pas à couvrir les besoins des consommateurs tunisiens, estimés à 170 mille tonnes par an, dans un contexte marqué par la hausse continue de son cours mondial, qui se situe à 1400 dollars la tonne, alors qu’il oscillait entre 800 dollars et 1000 dollars auparavant.

Les importations de l’huile végétale compensée par l’État suivent une tendance baissière.

Depuis l’année 2018, les importations mensuelles de cette huile varient entre 6 mille et 9 mille tonnes, face à un besoin du marché estimé par l’INS, à 15 mille tonnes, a constaté El Orf.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire