Banque Mondiale: Une éventuelle augmentation de 2,9% du PIB en 2021

Selon son premier bulletin d’information économique de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena), intitulé «Excès de confiance : comment des défaillances économiques et sanitaires ont laissé la région Mena face au covid-19», la Banque mondiale (BM) prévoit que le PIB de la Tunisie devrait augmenter de 2,9% en 2021, après s’être contracté de 11,5% en 2020. Elle a également prévu une hausse du PIB per capita, étant l’un des indicateurs les plus efficaces pour mesurer le développement du pays, de 0,4% en 2021 après avoir baissé de 13.6% en 2020, sans qu’il n’atteigne, en dépit de cette légère hausse, celui enregistré en 2019, soit 4,3%.

Dans le même bulletin de la BM, la pandémie a engendré la dégradation du niveau de vie des habitants de 13 pays, parmi les 16 pays de la région Mena, indiquant que le coût cumulé estimatif de la pandémie en termes de pertes de PIB s’élèvera à 200 milliards de dollars d’ici la fin de l’année 2021.

Leur relance économique dépend principalement de la disponibilité et de la distribution équitable et rapide des vaccins, particulièrement avec l’émergence de nouveaux variants, l’instabilité politique dans certains pays et la relance du tourisme dans d’autres.

Ordre des Experts-Comptables: Nouvelles nominations

L’expert-comptable Walid Ben Salah est désormais le président du Conseil de l’Ordre des experts-comptables de Tunisie (Oect). En effet, l’assemblée élective de l’Oect a eu lieu le 9 octobre à Tunis. Walid Ben Salah est expert-comptable, enseignant universitaire à l’ISG Tunis et Tunis Dauphine, secrétaire général de l’Oect 2012-2014, fondateur de l’Association des jeunes experts comptables de Tunisie (Aject) et l’Union tunisienne des professions libérales (Utpl) et membre actif de plusieurs associations scientifiques et «Think Tank» économiques. A la suite de sa nomination à la tête de l’ordre, Ben Salah s’exprime sur sa page Facebook : «En mon nom personnel et au nom de tous les nouveaux élus au conseil national de l’Oect, je tiens à les féliciter et à remercier toutes les consœurs et tous les confrères pour leur soutien et leur confiance. Je tiens également à remercier tous les candidats aux élections pour leur engagement et leur fair-play. Mes sincères remerciements vont aussi à tous les membres du conseil sortant pour leurs efforts fournis durant leur mandat. Place à l’action pour servir la profession, les professionnels et l’intérêt public. Pour une profession forte, attirante et innovante».

Observatoire tunisien de l’économie: «FMI : impact de la dévaluation du dinar»

Le «Briefing Paper» de l’Observatoire tunisien de l’économie intitulé «FMI : impact de la dévaluation du dinar» fait sa rentrée. Il appelle à évaluer l’impact des engagements précédents avec le FMI avant de s’engager de nouveau avec le FMI. Dans une approche détaillée, il met en exergue une évaluation de l’une de ces réformes entamée depuis 2016, à savoir la dévaluation du dinar qui a eu un impact significatif sur les réserves en devises, le déficit commercial, le service de la dette, l’inflation ainsi que sur les entreprises publiques.

L’OTE estime que le coût de la dévaluation du dinar entre 2016 et 2018 en termes de charges financières supplémentaires supportées par l’Office des céréales, la Société tunisienne de l’électricité et du gaz, la Pharmacie centrale de Tunisie, outre l’impact sur les échanges commerciaux et l’encours de la dette, est de 25.606 millions de dinars. Les déboursements annuels bruts du FMI sont quant à eux évalués durant la même période à 3.509,3 millions de dinars. Depuis les années 80, le FMI et la BM se basent sur un discours qui consiste à ne pas remettre en question les conditionnalités économiques des plans d’ajustement structurel des années 80/90, malgré leurs limites relevées, mais à affirmer que ces mêmes réformes auraient été plus efficaces dans un meilleur «environnement institutionnel et de gouvernance», indique l’Observatoire. Ainsi, il assure qu’on a vu s’ajouter aux conditionnalités économiques des conditionnalités liées aux réformes de «gouvernance» et de «renforcement de capacité». L’Observatoire note que «l’amélioration de l’environnement institutionnel et de gouvernance», via l’application à la lettre des recommandations du FMI, sans prendre en considération les réalités socioéconomiques du pays n’ont mené qu’à la dégradation de la situation socioéconomique qui devient insoutenable.

GIZ : Premier accélérateur dédié au tourisme durable

Le premier accélérateur dédié au tourisme durable, une initiative soutenue par le projet «Promotion du Tourisme Durable» et mise en œuvre par «Carthage Business Angels». Le projet «Promotion du Tourisme Durable» signe avec «Carthage Business Angels» un contrat de coopération visant à mettre en place un accélérateur dédié au domaine du tourisme durable. S’intégrant dans le programme Grow Together, «Specificity, Sustainable Tourism Edition» offrira à 15 start-up et entreprises innovantes, réparties sur 3 cohortes successives, des formations, un mentorat dédié personnalisé et un accès aux financements. A travers ses deux volets, accompagnement et accélération, le programme Grow Together soutient une nouvelle génération d’acteurs et de projets dans le domaine du tourisme durable en Tunisie en les appuyant dans leur évolution au contact des autres professionnels du secteur touristique. Cette initiative est soutenue par le projet «Promotion du Tourisme Durable», une action conjointe de l’Union européenne dans le cadre du programme «Tounes Wijhetouna» et du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du développement

Concours tunisien des produits du terroir: Une troisième édition en novembre prochain

Lancées au mois de mai dernier, les candidatures à la participation au 3e Concours tunisien des produits du terroir viennent de livrer leur verdict avec un bilan on ne peut plus flatteur. Mieux encore, l’engouement a été si impressionnant que le nombre de produits homologués a atteint des chiffres historiques. Quatre ans après une 1ère édition qui a vu la participation de 112 producteurs et 236 produits, cette 3e session du Concours a vu le nombre de candidats se quadrupler avec 964 produits inscrits, dont 794 ont été homologués pour la course aux médailles. La palme revient aux gouvernorats de Nabeul et Sousse qui, à eux seuls, ont réuni le quart des participants avec respectivement 111 et 82 produits en lice, soit 14 et 10% du total des concurrents. Cette flambée de candidatures a concerné l’ensemble des cinq catégories en lice. Ainsi, 61 produits ont été homologués dans la catégorie «olives et huiles d’olive», 357 dans celle des «fruits et plantes aromatiques», 94 dans «produits d’origine animale», 193 en «légumes» et 88 «produits à base de céréales». Des chiffres impressionnants qui dénotent du prestige que revêt désormais cet événement chez les producteurs et dont la Tunisie a su faire un modèle à suivre avec, notamment, la présence de délégations de six pays, en juin 2019, à l’occasion du 2e concours, à savoir l’Afrique du Sud, le Ghana, l’Egypte, la Serbie, la Géorgie et l’Ukraine, tous venus s’inspirer de l’expérience tunisienne.

A signaler que ce concours est organisé par l’Agence de promotion des investissements agricoles (Apia), sous l’égide du ministère de l’Agriculture, en collaboration avec le ministère de l’Industrie, le ministère du Tourisme et de l’Artisanat, et avec l’appui du Projet d’accès aux marchés des produits agroalimentaires et du terroir (Pampat) mis en œuvre par l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel et financé par le Secrétariat d’Etat à l’économie suisse (Seco). La Cité des sciences de Tunis accueillera, comme à l’accoutumée, les différentes phases du cérémonial du Concours tunisien des produits du terroir. A commencer par les séances de dégustation qui ont eu lieu du 5 au 7 octobre courant, suivies dans la foulée par l’apothéose de la remise des médailles, le 14 octobre. Et, dès le 15 octobre, les visiteurs pourront à leur tour se délecter des saveurs incomparables de nos produits du terroir en faisant leurs emplettes sur place jusqu’au 17 octobre.

«EXPO-Dubaï»: Le stand tunisien attire deux mille visiteurs

La Tunisie participe à partir du 1er octobre 2021, sur une période de six mois au salon «EXPO-Dubaï», s’étalant sur une superficie de 500 ha, avec la participation de 134 délégations de 95 nationalités venant des quatre coins du monde. Selon le délégué général adjoint de la participation tunisienne à cette manifestation, Mohamed Ikbal Khaldi, le stand tunisien a attiré près de deux mille visiteurs. Il s’étend sur une superficie de 436 mètres carrés au rez-de-chaussée et 381 mètres carrés au premier étage, qui s’inscrit dans l’espace de l’axe secondaire «opportunités». Un espace qui met en avant les capacités des individus et des sociétés pour être un élément fondamental dans l’édification d’un meilleur avenir. Le pavillon tunisien se compose de quatre espaces. Un premier espace d’accueil réservé pour l’exploration des sites touristiques, historiques et civilisationnels, un deuxième pour le tournage d’un court film à multiples dimensions, en utilisant des techniques développées, mettant en valeur des époques historiques et des sites monumentaux ainsi que de grandes personnalités de l’Histoire de la Tunisie. Le troisième espace a été consacré à l’exposition des expériences et des projets réalisés par des startup et des PME dans les domaines de la culture, du tourisme, des technologies et de l’innovation. Pour ce qui est du quatrième espace, il a été réservé au commerce, comme étant un marché pour vendre des produits locaux innovants.

Charger plus d'articles
  • EXPRESS

    Tourisme: «Selectour» tient son 11e congrès en Tunisie «Selectour», premier réseau d’agenc…
  • Ils ont dit

    John Hamilton, PDG de « Panoro Energy ASA » « Avec le développement des programmes de fora…
  • Express

    «Lab’ess» — Appel à candidature 10 porteurs de projets à impact positif «Lab’ess» vient de…
Charger plus par Saoussen BOULEKBACHE
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire