Le Haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, a déclaré, mardi, que le Parlement tunisien « ne peut rester fermé indéfiniment ».

« Il est crucial pour l’avenir du pays et pour sa crédibilité intérieure et internationale que le président et les autorités tunisiennes à tous les niveaux rétablissent complètement l’ordre constitutionnel et institutionnel, dont les activités du Parlement », a-t-il dit devant les députés européens à Strasbourg.

Le chef de la diplomatie européenne s’exprimait au cours d’une séance plénière du parlement européen. Plusieurs points, dont la situation en Tunisie, sont inscrits à l’ordre du jour des débats.

Lundi, Josep Borrell a déclaré, au cours d’une conférence de presse à l’issue de la réunion du Conseil des Affaires étrangères, s’être, une nouvelle fois, entretenu avec le président Saïed.

Il a affirmé avoir insisté, lors de l’entretien, sur « l’importance de préserver les acquis de la démocratie », de respecter le principe de séparation des pouvoirs et d’assurer un retour à la normalité institutionnelle.

Selon lui, un calendrier clair est aujourd’hui nécessaire afin de rétablir les dispositions constitutionnelles. « Nous allons suivre de près l’impact des décisions, à la lumière de faits concrets », a-t-il relevé.

La séance plénière du parlement européen se tient du 18 au 21 octobre à Strasbourg.

Une résolution du parlement européen sur la situation en Tunisie sera mise aux voix jeudi, selon l’Union Européenne.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire