Alliant manière et résultat, les Etoilés, qui ont fait preuve de beaucoup de réalisme, ont composté leur billet pour la phase de groupes de la C1 africaine. Le travail de Lassaâd Dridi a payé.

Stade Mustapha Ben Jannet. ESS bat APR : 4-0. (1-0 à la mi-temps). Buts de Yassine Chikhaoui (18’, S.P et 47’), Mohamed Dhaoui (90’+2, S.p) et Ali Soumah (90’+4). Arbitrage du Gambien Bakary Papa Gassama.

ESS : Jmal, Laouafi (Masmoudi 74’), Ben Aziza, Ben Ayada, Naouali, Mbe, Abid, Amri (Dhaoui 76’), Boutmane, Meziani (Soumah 84’) et Chikhaoui (Louati 84’).

Sans round d’observation, les Etoilés sont entrés dans le vif du sujet. Première balle du match ponctuée par une action dangereuse quand le buteur de l’aller, Tayeb Meziani, se faufila sur la gauche, dribbla deux défenseurs adverses avant d’adresser un tir croisé qui frôla le deuxième poteau (1’). Une grosse occasion qui en disait long sur les intentions des Etoilés qui en voulaient en découdre au plus vite, eux qui ont pris option à l’aller en tenant en échec leur hôte sur le score d’un but partout. Il fallait donc confirmer le but de l’aller par au moins un autre but à Monastir. D’ailleurs, le pressing opéré par les hommes de Lassaâd Dridi allait porter ses fruits assez vite. On jouait la 18’ quand Clause Niyomugabo est poussé à commettre l’irréparable en touchant la balle de la main en pleine surface de réparation. Sans hésitation, l’arbitre accorda un penalty aux Etoilés, transformé par Chikhaoui.

Un scénario idéal pour les protégés de Dridi qui ne voulaient pas en rester là. A la 29’, Abid rata l’aubaine de tuer le match en tirant en deux temps, mais légèrement au-dessus de la transversale. Puis, les locaux allaient connaître une baisse de régime, ce qui encouragea les Rwandais à tenter leur chance, particulièrement quand l’arrière gauche Youcef Laouafi commit une erreur de débutant en dégageant mal le ballon. Suivit une contre-attaque rapide et Jmal de sauver les meubles en s’interposant au tir d’Innocent Nshuti (36’).

Après cette petite frayeur, il fallait réagir. Suite à une belle action offensive, Meziani a malheureusement préféré jouer individuel en tirant légèrement au-dessus alors que Chikhaoui était mieux placé (42’).

L’expérience de Chikhaoui, le travail de Dridi…

Conscients que mener par un but à zéro n’est pas gage de sécurité, il fallait tuer le match. Le but assassin n’allait pas tarder : Meziani se faufila sur la gauche, joua collectif cette fois-ci en servant Chikhaoui sur un plateau. D’une pichenette, le capitaine étoilé doubla la mise (47’). Auteur d’un doublé décisif en ouvrant la marque assez tôt avant de tuer le match au bon timing, Chikhaoui a démontré qu’il a encore de beaux restes. Son expérience a pesé dans la balance. Ses camarades n’avaient qu’à gérer, aisément, le reste des débats. Lassaâd Dridi s’est même permis de tourner l’effectif. Il a été servi par deux autres buts dans le temps additionnel. Le jeune Mohamed Dhaoui, à qui il a fait confiance, lui a rendu l’ascenseur de la plus belle des manières en provoquant un penalty avant de le transformer (90’+2). Deux minutes plus tard, la fraîcheur d’Ali Soumah incorporé en fin de rencontre s’est avérée payante puisqu’il quadrupla la mise avec un joli but en prime (90’+4).

Bref, l’expérience du capitaine Chikhaoui conjuguée au travail et aux choix de Dridi ont payé. Et l’Etoile de se qualifier brillamment à la phase de groupes de la C1 africaine.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire