L’exposition n’a pas de thème, ni de fil conducteur sauf peut-être l’amour. Mais elle ouvre la saison avec d’agréables retrouvailles et de jolies surprises qu’il faudra suivre impérativement.

Que reste-t-il d’Anna ? Quelques grammes pesant à peine sur une balance électronique. Presque rien en fait d’un amour que l’on subodore passionné, violent, déchiré, dont on voudrait effacer jusqu’au souvenir sans tout de même y réussir.

L’installation de Douraïd Souissi, une balance électronique avec disque dur externe, et le nom d’Anna pesant à peine sur le plateau, est à la fois passion et cruauté, aveu et déni. Et, pour une fois, contrairement à la plupart des œuvres et installations d’art conceptuel qui exigent généralement une dissertation philosophique pour en expliquer le sens caché, parfaitement limpide quant au message.

L’exposition s’intitule «Unconditional», et c’est d’amour qu’elle parle.

«I love you», déclare Mohamed ben Soltane. «Mad, mad love», confirme Sana Chamekh. «En couple», dira Sana Tira, et «Between us» affirme Naja Zarbout. «Hymne à l’amour», conclut enfin Amel Bouslama. «Fragment d’une nuit», murmure Rachida Amara, «De chair et de soie», précise Fadoua Dagdoug.

Aïcha Gorgi l’a-t-elle souhaité quand elle a monté son exposition ?        

                                 

Ou était-ce dans l’air du temps et le mood des artistes invités qui le lui auraient suggéré ?

Le fait est qu’un peu de douceur dans un monde…ne saurait nuire.

Pour cette exposition qui ouvre la saison, la galerie Gorgi a invité des artistes qu’elle a déjà exposés, tels Meriem Bouderbala, Nabil Saouabi, Matous, ou encore Douraïd Souissi pour lequel elle prépare une exposition personnelle. Mais également de jeunes artistes encore inconnus de son public, auxquels offre ses cimaises avec son instinct bien connu de dénicheur de talents.

Alors effectivement, l’exposition n’a pas de thème, ni de fil conducteur sauf peut-être l’amour. Mais elle ouvre la saison avec d’agréables retrouvailles et de jolies surprises qu’il faudra suivre impérativement.

Charger plus d'articles
Charger plus par Alya HAMZA
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire