Entre interactivité, expérimentations et implication du public pour en faire un partenaire, autour de ce grand thème au gré des singularités des artistes en tenant compte de la synergie du groupe.


La galerie Alain Nadaud à l’espace d’art Sadika accueille, depuis le 6 novembre, l’exposition de groupe «Petits formats : Libre de …» commissionnée par l’artiste Chawki Lahmar. Le vaste thème de la liberté a nourri les travaux d’artistes participants de tous bords, qui y proposeront, comme le titre l’indique, des œuvres en petits formats.

«L’art est notre manière de construire un monde, de percer un mystère, de prouver d’une certaine façon qu’on existe, mais aussi de nous rappeler à chaque fois que notre liberté nous appartient même si elle est devenue, quelque part aujourd’hui, vulnérable, incertaine et complexe…», écrit le commissaire de l’exposition qui y exposera également. Et d’ajouter : «L’art est une valeur sûre pour nous tous et nous permet à chaque fois d’affiner le regard vers l’avant et développer la perception chez nous comme chez le public. Allier art et liberté parvient à nous débrider du rythme de la vie qui tend vers la monotonie, la routine, les habitudes, les croyances et des choses qui viennent à notre esprit et finissent par nous hanter.»

Entre interactivité, expérimentations et implication du public pour en faire un pawwwwwrtenaire, cette exposition s’articulera autour de ce grand thème au gré des singularités des artistes en tenant compte de la synergie du groupe (artiste et public).  Points de limites donc sauf côté format qui doit être inférieur ou égal à 30 cm.

Photographies, sculptures, peintures et autre art numérique seront au menu. «On a de la chance d’intégrer aussi l’art digital avec Yassine Cherif et le collage numérique avec Ines Arif qui sont des pratiques nouvelles aujourd’hui sur la scène artistique tunisienne», note Chawki Lahmar.

Autres découvertes aussi, une nouvelle approche de l’art de la miniature à travers les œuvres du plus jeune artiste de cette exposition, Youcef Jemiai (17 ans).

Charger plus d'articles
Charger plus par Meysem MARROUKI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire