L’ Association «Piccola Sicilia» est née! Elle porte bien le nom historique du quartier, là où de nombreux migrants siciliens arrivés en masse depuis l’Italie, entre le XIXe et le XXe siècle, débarquèrent et y élurent domicile avant de repartir dans d’autres villes du pays.


L’association a ouvert ses portes hier samedi 13 novembre à 17h00 à la salle des cérémonies de la municipalité de La Goulette sous l’égide de la présidente de la municipalité, Mme Amel Limam. Au programme de cette rencontre, une séance de dédicace du roman d’Alfonso Campisi, lauréat du Prix littéraire Flaiano 2021 pour «Terres Promises» aux éditions Arabesques, qui raconte la deuxième vague de l’immigration sicilienne depuis l’île de Favignana en Sicile en 1943, mais cette fois, au féminin. Les membres du comité directeur de l’association «Piccola Sicilia» sont: son président Mohamed Abdelmajid Ben Ahmed et ensuite Rita Strazzera, Alfonso Campisi, Tahar Ayachi, Luca Luccatini, Mounir Khelifa, Slim Kacem.

L’association est logée à la bouquinerie sise au 10, rue Hammadi Ben Ammar, anciennement rue de la Résistance en face de l’église Saint-Augustin et Saint-Fidèle, sous les arcades, dans un des quartiers les plus historiques de Tunisie; «la petite Sicile», là où se trouve l’église qui abrite la statue de la Madone de Trapani, vénérée par les croyants siciliens. Le 15 août de chaque année, les fidèles se rendent depuis des décennies à l’église pour suivre la procession de la Vierge. Cette procession, devenue désormais un vrai rituel de la ville de La Goulette, est suivie encore de nos jours par des chrétiens, des musulmans et des juifs.

Ville miracle, celle de La Goulette, peut-être le seul port au monde qui accueille le visiteur avec la vue d’un minaret, d’un clocher et d’une coupole !

L’association «Piccola Sicilia» est née grâce à la volonté et au travail acharné de son président Mohamed Abdelmajid Ben Ahmed qui croit profondément au dialogue interculturel entre les deux rives et à une Tunisie multiculturelle aux identités multiples, source de richesse culturelle, religieuse, linguistique…

Le quartier de la Petite Sicile de La Goulette, longtemps abandonné, pourrait donc revivre grâce à l’initiative de son président et aux membres de cette association, mais aussi grâce à l’ouverture de cette bouquinerie, où tous les mordus de livres modernes et anciens, d’affiches rares, d’objets d’un autre temps…peuvent se rendre pour visiter ce lieu magique, mais aussi le quartier historique et trouver leur bonheur en se laissant chatouiller par une brise marine aux mille saveurs et aux mille couleurs…

La petite Sicile renaîtra de ses cendres comme le Phoenix, cet oiseau légendaire, caractérisé par son pouvoir de renaître après s’être consumé dans les flammes.

Après la mort, la résurrection !

Charger plus d'articles
Charger plus par Alfonso Campisi
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire