• « Les crises provoquées servent de moyen pour distraire le peuple et détourner son attention de ses véritables causes ».

• « La justice est celle de l’Etat tunisien, elle est indépendante et jouit du principe de la primauté ».

• Les ministres invités à consulter un premier draft pour faire part de leurs remarques concernant la réconciliation pénale « afin de l’adopter dans l’objectif de restituer l’argent du peuple ».

• « Certaines affaires sont examinées par la justice depuis plus de dix ans ».

• « Dans une prochaine occasion,  j’évoquerai les noms de ceux qui considèrent la justice comme un prolongement du pouvoir politique ».


Lors d’un Conseil des ministres tenu hier, jeudi, le Chef de l’Etat, Kaïs Saïed, a annoncé qu’un « calendrier sera mis en place pour introduire des réformes au système politique en Tunisie conformément à la volonté du peuple ».

Le Président de la République a également annoncé qu’un référendum électronique sera également organisé pour concrétiser les « revendications des Tunisiens dans le cadre d’une véritable Constitution ».  

Pour le Président de la République, le peuple exige l’assainissement du pays, sauf qu’une telle priorité ne pourra avoir lieu sans justice équitable et indépendante. « La justice est celle de l’Etat tunisien, elle est indépendante et jouit du principe de la primauté », a-t-il rappelé, ajoutant que « les crises provoquées servent de moyen pour distraire le peuple et détourner son attention de ses véritables causes ».

Le Chef de l’Etat a, d’autre part, jugé nécessaire d’émettre un ensemble de projets de décrets comme notamment celui relatif à la réconciliation pénale et à l’écourtement des délais des affaires de justice.

Pour ce qui de la réconciliation pénale, Kaïs Saïed a invité les ministres à consulter un premier draft pour faire part de leurs remarques « afin de l’adopter dans l’objectif de restituer l’argent du peuple ».

A cet effet, Kaïs Saïed a affirmé qu’une fois adopté, ce décret inclura également la période allant jusqu’à la date de sa promulgation.

Détaillant sa vision, il explique que cette loi permettra la création de ce qu’il appelle des « sociétés citoyennes » dont seront actionnaires les habitants des localités là où les sociétés seront créées.

S’agissant du décret portant sur l’écourtement des délais des affaires de justice, le Président de la République a critiqué la lenteur des procédures judiciaires, affirmant qu’une telle loi permettra de résoudre ce dilemme. « Certaines affaires sont examinées par la justice depuis plus de dix ans », a-t-il dénoncé.

Le Président de la République a également fustigé la mainmise de certains partis et personnalités politiques sur la justice, affirmant que dans une prochaine occasion, « il évoquera les noms de ceux qui considèrent la justice comme un prolongement du pouvoir politique ».

Notons que ce Conseil des ministres a aussi examiné et adopté un ensemble de décrets-lois.

Adoption d’une série de décrets présidentiels à caractère économique
Une série de projets de décrets et de décisions présidentiels ont  été adoptés lors du Conseil des ministres présidé hier par Kaïs Saïed Il s’agit de :

-Un projet de décret portant organisation des enquêtes de crédit.

– Un projet de décret portant approbation d’un accord de garantie conclu le 3 juin 2021 entre la Tunisie et l’Agence française de développement (AFD) relatif au crédit accordé à l’Office national de la marine marchande et des ports pour financer l’acquisition de six engins de remorquage.

– Projet de décret portant approbation du statut organique du Conseil international des dattes

– Projet de décret portant amendement de l’article 32 de la loi n°1 de 2012 relative à la loi de finances complémentaire de 2012.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Khalil JELASSI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire