Depuis quelque temps, des affiches sont placardées un peu partout dans la capitale, évoquant ce phénomène qui se passe dans les moyens de transport. C’est un premier pas qui doit être suivi par d’autres. Pourquoi ne pas aller au contact direct des gens dans la rue, dans les cafés, les grandes surfaces, les administrations et surtout, surtout, dans les moyens de transport eux-mêmes. C’est ainsi que l’on procède dans les autres pays et le résultat ne se fait pas attendre. On ne risque rien d’essayer.

T.B.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire