Deux jeunes réalisateurs, Amina Oueslati et Yasser Chabbi, ont remporté les prix prestigieux de la 8e édition du «Ciné Par’Court». Les lauréats auront la possibilité de participer au festival MedFilm à Rome et à un autre festival en Allemagne. Arrêt sur les deux courts-métrages «Clay Creature» et «Death from the previous generation».


Les œuvres courtes des six équipes participantes ont rallié fictions (drame, expérimentale, thriller….) et documentaires-hommages. Variées et singulières, les œuvres sont parues noires, souvent mélancoliques mais distinguées les unes des autres.  Reflet d’un effet post-covid ou d’un malaise générationnel ?

Sur six films sélectionnés, deux se sont distingués : le premier est celui d’Amina Oueslati «Clay Creature». Le court-métrage est un récit fictif qui met en contact le public avec une famille isolée, enfermée dans un habitat glauque et lugubre, situé en pleine nature. Le film est silencieux et tire sa force de ses images, de ses plans et du jeu expressif de ses protagonistes. Sans dévoiler davantage l’intrigue autour de ce mystère, le court-métrage provoque interrogations, effets contemplatifs chez le spectateur et dénote d’une maîtrise technique remarquable.

Le deuxième est «Death from the previous generation» de Yasser Chabbi. Prenant l’allure d’un documentaire, il filme sans artifices les aléas du quotidien pénible d’une personne en âge très avancé, alitée, et entretenue par sa famille. La souffrance endurée par la vieillesse prend tout son sens dans l’objectif du réalisateur. Ce thème certes récurrent dans le cinéma est montré d’une manière profondément intimiste à travers ce court-métrage dur mais nécessaire, largement imprégné par la touche personnelle de son auteur. La dimension humaine existante dans ce film demeure sans doute son atout fort.

La sélection du «Ciné-ParCourt» de 2021 a comporté six films courts nommés «Trifet», «200 Millimes», «If anything is», «Metropolis», «Clay Creature» et «Death Of The Previous Generations».

«Ciné Par’Court» s’est tenu pour la 8e année consécutive après un arrêt d’une année marquée par la pandémie du covid-19. Six créations cinématographiques courtes, portées par des équipes de jeunes artistes en devenir, ont pu être concrétisées à travers plus précisément sept ateliers de formation allant de l’écriture jusqu’à la post production. Durant sept mois, des professionnels ont chaperonné des jeunes étudiants en cinéma, citons parmi ces professionnels Hinde Boujemâa, Mohamed Ben Attia, Sarra Ben Hassen, Sahbi Kraïem, Lilia Sellami, Ahmed Maâlaoui, Anes Saâdi, Saber Gueblaoui, Idir Ben Slama et Noussaïer Horchani.

Les membres professionnels du jury se sont chargés de visionner tous les films et d’en débattre pour élire les deux équipes gagnantes des deux films. Le jury est composé de Yamina Mechri Bendana (critique et consultante en courts-métrages), Erige Sghiri (réalisatrice et productrice) et Mahdi Barsaoui (réalisateur).  Le «Ciné Par’Court» est un programme de formation, organisé par le Centre national du cinéma et de l’image (Cnci) avec le soutien du Goethe-Institut Tunis et de l’Isamm (Institut supérieur des arts multimédia de La Manouba).

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire