L’équipe de Tunisie n’est pas au Qatar pour jouer les outsiders. Elle est bel et bien dans la peau d’un favori.

Rarement, un sélectionneur à la tête des  Aigles de Carthage a eu à sa disposition un effectif aussi riche et aussi étoffé comme c’est le cas actuellement pour Mondher Kebaier. La liste des vingt-trois n’a pas été facile à établir tellement il y a eu un véritable embarras du choix pour ne pas dire un vrai casse- tête chinois. A quelques mois de la Coupe du monde 2022 et dans l’attente de remporter ce match barrage déterminant pour y participer et faire partie de la cour des grands, cette Coupe arabe au Qatar tombe à pic comme épreuve test de préparation avant ce grand rendez- vous mondial. Aussi devons – nous l’aborder avec une grande ambition et en conquérants car l’état d’esprit est le premier critère et la clé de réussite des rendez-vous de ce calibre et de cette importance.

Humilité et prudence mesurée

Mondher Kebaïer sait au fond de lui- même que cette Coupe  est l’occasion ou jamais pour lui de faire taire ses détracteurs car son avenir à la tête du onze de Tunisie est plus que jamais en jeu, et seule une grande prestation des siens et la montée sur le podium le 18 décembre le confirmeront à sa place de premier responsable du staff pour le Mondial. Le fait que la Mauritanie, la Syrie et les Émirats Arabes Unies ne sont pas des écueils insurmontables qui font peur ne doit pas le faire dormir sur ses lauriers. Les sous-estimer serait une grande erreur qui pourrait coûter cher. C’est vrai que nous sommes meilleurs, avantagés et avancés sur tous les plans sur nos adversaires de ce groupe. Mais nous devons quand même faire preuve de prudence et d’humilité pour une bonne entame de cette compétition et une montée en puissance progressive qui ménagera le principal de nos forces et de nos atouts pour la dure étape qui suivra, sur le plan physique notamment avec un match tous les trois jours . La rencontre d’ouverture face à la Mauritanie est très importante car c’est elle qui donnera le ton à notre participation et sera déterminante pour la suite avec son résultat tout en y mettant la manière.

Etat d’esprit

Un succès probant nous facilitera donc énormément le second match. Si nous faisons le plein de points  lors des deux premières parties, la troisième ne sera qu’une petite formalité à remplir. Le plein de points en trois matches c’est donc le scénario idéal et un bon tremplin  pour la seconde phase, permettant ainsi de l’aborder sous les meilleurs auspices et avec un moral à tout défier et à tout casser. Non seulement nous n’avons pas droit à l’erreur dans cette épreuve mais nous sommes devant l’obligation d’en faire une épopée digne d’une génération exceptionnelle où les talents ne manquent pas et qui confirmera que notre classement Fifa est amplement mérité, mettant en évidence notre valeur et notre suprématie. Mais Mondher Kebaïer le sait plus que quiconque, les talents ne suffisent pas s’il n’ y a pas cet état d’esprit exceptionnel qui galvanise le groupe et qui fait la cohésion de l’équipe, laquelle fait que le collectif prime. Cette Coupe arabe est donc pour lui et ses hommes un examen qu’ils doivent réussir et leur seul objectif sera donc d’aller jusqu’au bout  et surtout gagner à la fin. 

Charger plus d'articles
Charger plus par Hédi JENNY
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire