Pour recevoir Taher Jaoui, Musk and Amber a joué la sobriété. Espace dégagé, cimaises libérées, la galerie a oublié ses fastes et sa profusion habituels pour laisser libre cours au jaillissement de couleurs de l’artiste. Jaillissement est d’ailleurs un faible mot pour exprimer les explosions polychromes et formelles que s’offre et nous offre Taher Jaoui sur le thème de « Jamboree ».

« Jamboree » est un terme d’origine hindi qui signifie littéralement réunion de scouts, mais par extension probablement réunion, et peut-être fête, célébration.

De cette exposition joyeuse, festive, la commissaire Rym Ben Boubaker, qui commence à se faire connaître et apprécier par ses différentes interventions, écrit : « Des figures déformées, des couleurs très vives, des déguisements qui font penser au carnaval…  Taher Jaoui surprend le public par une démarche qui rejoint un style personnel sous l’influence de l’art primitif africain, des dessins animés, ainsi que la philosophie et l’attitude de l’expressionisme abstrait : il peint des univers peuplés de créatures étranges qui semblent sortir d’un rêve éveillé ». Né en 1978, diplômé de la Sorbonne, acteur ayant suivi les cours de l’Actor Studio, Taher Jaoui commence sa carrière artistique en 2013 par la création de collages analogiques. Ce n’est que deux années plus tard qu’il s’essaie à la peinture, expérimentant les différentes techniques et disciplines artistiques qui lui permettront de capturer instinctivement ses émotions sur la toile. Huile, laque, spray, fusain le mènent à un travail oscillant entre l’abstrait et le figuratif. Sabrant ses tableaux, on retrouve quelquefois des formules mathématiques, vestiges d’un passé d’ingénieur dans la finance de cet homme qui a connu plusieurs vies.  On retrouve également des influences d’art africain de BD, du mouvement cobra, du cubisme, du dadaïsme, du glitch art et de l’expressionisme abstrait. Il est difficile de cantonner Taher Jaoui dans un style, un mouvement, une école. Véritable éponge, il s’imbibe de toutes les influences, n’absorbant que ce qui le touche, l’émeut, le séduit. Il en résulte une approche tout à fait personnelle, faite de coups d’éclat, de mouvements spontanés, d’intuitions et de rêves.

Charger plus d'articles
Charger plus par Alya HAMZA
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire