Depuis des décennies, les relations entre la Tunisie et l’Afrique auraient été perçues comme peu intéressantes pour certains, voire inexistantes, tandis que d’autres auraient considéré la politique africaine comme une tentative d’intégration vouée à l’échec. Mais aujourd’hui, il en est tout autrement, la dimension de l’identité et de la diplomatie de la Tunisie envers le continent africain apparaît comme une évidence, voire une réussite.

À travers la consolidation de ses relations politiques et l’établissement de partenariats diversifiés et féconds, la Tunisie accorde de plus en plus une importance cruciale au développement de ses relations avec le continent africain, fidèle en cela aux liens historiques profonds qu’elle entretient avec ces pays.

Dès lors, les relations Tunisie- Afrique ont pris une nouvelle dimension en s’inscrivant dans une vision de long terme qui s’appuie sur les vertus de la coopération Sud-Sud. La stratégie menée par notre pays envers le continent africain est basée sur la fructification des échanges commerciaux et l’accroissement des investissements.

La  Tunisie a, aujourd’hui,  de réelles opportunités en Afrique. Le continent peut  bénéficier de l’expertise, de l’aide et des investissements que peut fournir notre pays pour appuyer le développement dans de nombreux secteurs. Une réelle relation de complémentarité existe et des interdépendances peuvent se créer. Il y a une corrélation entre l’expertise des secteurs tunisiens ayant besoin de s’exporter et les besoins que l’Afrique doit satisfaire pour son développement. La Tunisie a les moyens techniques et l’expertise nécessaire pour offrir les services dont a tant besoin l’Afrique et proposer des offres adaptées aux besoins spécifiques de certains pays en voie de développement.

Les propos du Président de la République, Kais Saied, lors des travaux du 21e Sommet des chefs d’Etat et de gouvernements du Marché Commun de l’Afrique Orientale et Australe (Comesa), tenu récemment en Egypte,  confirment que «la Tunisie est prédisposée à concevoir, avec le reste des pays africains, de nouvelles approches de coopération et à développer les échanges commerciaux et économiques interafricains, ainsi qu’à créer de nouvelles formules d’investissement». Sachant que  l’objectif étant de ramener les échanges de la Tunisie avec l’Afrique de 11 % actuellement à 60 % à l’avenir.

Charger plus d'articles
Charger plus par Najoua Hizaoui
Charger plus dans Supplément Economique

Laisser un commentaire