Les ministères des Affaires religieuses, du Transport et de la Santé assurent que toutes les mesures sont déjà prises pour garantir les meilleures conditions aux pèlerins.

 L’air enjoué, des centaines de pèlerins se sont retrouvés avant-hier au guichet unique à la Mosquée Malek Ibn Anes à Carthage. Cet espace a été aménagé pour l’accomplissement des dernières formalités du pèlerinage, l’un des cinq piliers de l’Islam.Le ministère des Affaires religieuses avait auparavant annoncé  que tous les guichets uniques seront ouverts à partir du 10 juin 2019, invitant à cette occasion les pèlerins à s’acquitter des formalités dans les délais impartis.

Le dernier espoir de la liste d’attente

Accompagné du ministre du Transport, Hichem Ben Ahmed, le ministre de la Santé  par intérim, Sonia Ben Cheikh, le PDG de Tunisair Elyes Mnekbi ainsi que du PDG de la Société des Services nationaux et des Résidences (SNR), Moez Boujmil, le ministre des Affaires religieuses Ahmed Adhoum a effectué une visite aux bureaux mis en place en vue de rapprocher tous les services de nos pèlerins. Ceci n’a pas empêché quelques-uns de se plaindre du coût élevé des tarifs du pèlerinage  pour cette année. D’autres ont souligné la nécessité de laisser le choix  de la date du voyage aux pèlerins. «Il est inadmissible d’imposer au pèlerin la date de son départ vers les lieux saints», a fait remarquer au ministre des Affaires religieuses l’une des personnes présentes.

La question des personnes qui figurent encore dans la liste d’attente pour le pèlerinage a été aussi l’objet d’une discussion émouvante entre une dame et le ministre Ahmed Adhoum. Fondant en pleurs, elle explique aux ministres présents son désarroi. Elle s’est déplacée au bureau de la poste pour verser le montant du pèlerinage mais on lui a fait savoir que le nom de son mari ne figurait sur aucune liste. Pour le carnet de santé propre au pèlerinage, le mari de cette dame avait payé des frais dépassant les 200 dinars sans qu’il ne soit certain de faire partie des pèlerins de cette année.

De son côté, le ministre Ahmed Adhoum a expliqué que la liste des attentes est régie selon des normes et critères bien déterminés qui sont susceptibles de garantir une probité absolue et laissent la porte ouverte devant d’autres candidats en cas de désistement de dernière minute de l’un ou de plusieurs pèlerins. Quant aux dates de voyage des pèlerins, elles sont tributaires d’un ordre préétabli  selon les régions.

Une moyenne d’âge de 61 ans

Le nombre de pèlerins pour l’année en cours s’élève à 10.982 au moment où celui des candidats au pèlerinage a été estimé à 23.662, nous fait savoir la chargée de l’information et de la communication au sein du ministère des Affaires religieuses Najet Hammami. La moyenne d’âge pour cette année est de 61 ans. Le plus âgé a 93 ans et le plus jeune ne dépassant pas les 24 ans. Le pourcentage des femmes  est supérieur à celui des hommes, il est de 52%. Les frais du pèlerinage s’élèvent à 13.896 dinars (frais du billet d’avion: 2.520 dinars, frais du logement et du transport dans les lieux saints : 11.376 dinars). Le coût du hajj, faut-il le signaler, augmente d’année en année suscitant ainsi l’inquiétude des candidats au pèlerinage.

Le ministre des Affaires religieuses a mis en valeur la réussite de la nouvelle mesure se rapportant au paiement des divers frais pour le logement et le séjour et les billets de voyage auprès des bureaux de poste dans les différentes délégations, ce qui a permis d’améliorer la qualité des services. On mise beaucoup plus sur la digitalisation de ces services pour l’année prochaine. Les conditions d’hébergement des pèlerins tunisiens à Mina et Arafat ont été améliorées mais c’est toujours au pèlerin  de respecter les règles et de suivre les recommandations lors du pèlerinage, a-t-il souligné.

Un Airbus A340 en renfort

Une nette amélioration sur le plan de la ponctualité des vols a été observée mais  on est loin d’être satisfait, souligne le ministre du Transport, Hichem Ben Ahmed. On espère réunir toutes les conditions favorables au pèlerinage de cette année, ajoute-t-il. Le transporteur aérien national Tunisair a prévu 23 vols assurant le voyage pour 5700  pèlerins à partir de huit aéroports répartis sur tout le territoire, dont le terminal 2.

Pour cette année, un accord a été conclu entre les deux  compagnies tunisienne et saoudienne concernant la desserte aérienne des voyageurs afin d’effectuer le pèlerinage.  La compagnie saoudienne assurera 50%  du total des voyageurs. Elle a programmé à cet effet 22 vols à partir de l’aéroport international de Tunis-Carthage. Toutes les mesures sont prises pour un bon déroulement du Hajj et la compagnie tunisienne a loué à cette occasion un Airbus A340 (260 sièges). Le premier voyage de nos pèlerins est prévu pour le 23 juillet prochain et le dernier est fixé pour le 29 août.

Le choix du corps médical et paramédical qui assistera les pèlerins tunisiens pour cette année ne sera pas arbitraire, a tenu à confirmer de son côté le ministre de la Santé par intérim, Sonia Ben Cheikh afin d’éviter les carences de l’année écoulée en termes de prise en charge et de suivi. On est à ce jour  encore dans une phase d’évaluation ce qui explique que la liste finale de la délégation médicale n’est pas encore prête.

Charger plus d'articles
Charger plus par Samir DRIDI
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire