ll y a du Saint-Exupery dans l’air : du sable, du vide, un avion rouge. On cherche du regard le Petit Prince et son renard. Ou peut-être la rose, dont il est amoureux. Nous sommes dans la galerie Musk and Amber, dont les scénographies, à elles seules œuvres d’art, nous ravissent toujours. Le thème : « Les voyageurs » bien sûr. Ceux-là du temps où le touriste n’existait pas, où les voyages étaient dangereux, risqués, téméraires.

L’argument :

« A l’heure où la plupart des pays d’Occident ferment leurs frontières aux étrangers, choisissant un repli sécuritaire, à une époque où chaque jour, des centaines, voire des milliers de personnes sont déplacées ou tentent, au péril de leurs vies, une traversée vers un avenir meilleur réel ou illusoire, 18 jeunes artistes ont choisi de travailler sur la thématique du voyage pour parcourir le monde et ‘‘l’habiter’’, non pas comme de simples présences, mais comme gardiens de valeurs spirituelles et structurelles». Ces vigies, ces lanceurs d’alerte sont Tunisiens et étrangers, réunis pour cette belle aventure, ce voyage qui n’est pas le plus lointain, mais celui qui rend heureux d’être vivant. Voyage initiatique, voyage poétique, voyage spirituel, voyage au pays de l’enfance, à chacun son voyage, l’essentiel, n’est-ce pas, étant de savoir partir sans se retourner.

Charger plus d'articles
Charger plus par Alya HAMZA
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire