Entre autres dates à ne pas rater et autres occasions de découvrir des univers musicaux venus d’ailleurs, côté artistes locaux, l’on cite les concerts programmés à Ibn-Rachiq, entre autres, celui de Pazaman Live Band qui se tient aujourd’hui à 20h00 et celui de TIGA Black’Na and Band demain 22 décembre.

Annulées, l’année dernière, pour causes sanitaires, les Journées Musicales de Carthage (JMC) reprennent cette année dans une septième édition, en physique à Tunis et en numérique, session qui a démarré le 18 décembre pour se poursuivre jusqu’au 23 du même mois.

Focus, cette année, sur la nouvelle scène musicale africaine et arabe avec une formule hybride plus ouverte et plus numérique. Du nouveau, également, avec principalement l’abandon du format compétition au profit d’un esprit de cohésion et d’accompagnement.

Cela se traduit par la programmation de showcases avec près d’une cinquantaine de concerts, organisés pour certains à la Cité de la culture, à Tunis, et pour d’autres en ligne. Des rencontres professionnelles,en ligne ou en physique, et autres masterclass et tables rondes autour des industries musicales et créatives, et la facilitation du réseautage entre professionnels et artistes.

Autre nouveauté de cette année, le «JMC Incubator», qui permet plus d’accompagnement aux jeunes professionnels, en leur offrant l’accès à des formations, mais aussi à travers une résidence artistique qui «montre les choses autrement».

Dans ce cadre s’inscrit le programme «JMC Autrement», organisé sous la tutelle de Aymen Gharbi et Zied Meddeb, avec ses deux résidences artistiques de création réunissant chacune un artiste visuel et un concepteur sonore et une sortie de résidence et ses showcases.

Durant la première résidence, qui s’est tenue au Centre culturel international de Hammamet, il était question de faire mariner idées et produits artistiques. Pour la deuxième résidence, l’objectif était de creuser en profondeur et raffiner le produit final. Chacun des tandems ayant choisi le lieu de la performance finale à la Médina de Tunis, les artistes étaient amenés à réadapter leurs projets au contexte spatial.

De ces «JMC Autrement», il en est sorti 4 projets expérimentaux que le public a pu découvrir, le 19 décembre, à travers un parcours nocturne dans l’enceinte de la Médina de Tunis, entre Bir Lahjar Tahar Haddad et Midhat al Sultan.

Entre autres dates à ne pas rater et autres occasions de découvrir des univers musicaux venus d’ailleurs, côté artistes locaux, l’on cite les concerts programmés à Ibn-Rachiq entre autres, celui de Pazaman Live Band qui se tient aujourd’hui à 20h00 et celui de TIGA Black’Na and Band  demain 22 décembre.

En 2018, “khamem mâaya” est le premier album solo de l’artiste Amine Amri alias PAZA MAM où il met l’accent sur son vécu. Des textes engagés et pointus et une musique alliant ragga, reggaeton, ska et hiphop ont fait de cet album un projet ambitieux et inspirant. Lors de la cinquième édition des Journées Musicales de Carthage (2018), il remporte le Tanit d’Or à la compétition Hip Hop.

En 2021, il revient avec une création d’un projet acoustique de l’album «Khammem mâaya» avec Haythem Khemeja (guitare, machine et percussion), Mahmoud Ajabi (Trombone), Kais Fenni (Basse éléctrique) et Khalil Hermessi (Batterie).

TigaBlack’Na se consacre depuis 2017 à l’élaboration de son album avec un groupe de musiciens talentueux en le nommant “Fanni Lik”. Il s’agit d’une nouvelle exploration musicale; une fusion entre le rap chanté, le reggae et le rap jazzé. A travers cet album, TIGA Black’Na nous raconte la société qu’il aime observer d’un regard bienveillant, la vie, l’espoir et les attentes.

Charger plus d'articles
Charger plus par Meysem MARROUKI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire