L’Organisation tunisienne d’orientation du consommateur (OTOC) a exprimé son inquiétude face aux éventuelles répercussions de la hausse des tarifs des consultations médicales privées et des interventions médicales, approuvée mardi par l’Ordre des médecins et s’est dite préoccupée par l’impact de cette majoration sur la garantie du droit aux soins médicaux.
Dans un communiqué publié, mercredi, l’OTOC a appelé la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) à décréter une « augmentation immédiate du plafond du remboursement des dépenses des soins médicaux » et de procéder à une révision des taux de la prise en charge pour qu’ils soient proportionnels à cette « hausse exorbitante des coûts des soins médicaux ».
Le secrétaire général du Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM), Nazih Zghal a déclaré, mercredi, que la dernière augmentation des tarifs des consultations médicales privées entrée en vigueur à compter du 1er juin courant n’a pas dépassé les 10 dinars ».
Dans une déclaration à la TAP, Zghal a expliqué que l’augmentation des tarifs des consultations et des interventions médicales, qui font l’objet d’une révision tous les trois ans, a été approuvée lors de la dernière réunion périodique de l’Ordre des médecins et des syndicats des médecins de libre pratique, et qu’elle se situe entre 5 et 10 dinars, précisant que la fourchette des honoraires médicaux dans le secteur libéral demeurera inchangée jusqu’à 2022.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire