L’application d’une telle mesure sera difficile en milieu rural, notamment dans les localités qui enregistrent un faible taux de vaccination


Le 20 décembre dernier, le ministre de l’Education, Fathi Selouati, avait annoncé que les élèves âgés de 15 ans et plus ainsi que le personnel des administrations scolaires et le cadre éducatif devront obligatoirement être munis du passe vaccinal pour accéder aux établissements éducatifs après les vacances scolaires. Or, une telle décision pose problème pour de nombreuses raisons. Annoncée tardivement et dans l’urgence pour prévenir la propagation de la pandémie dans les établissements éducatifs — le passe vaccinal est, en effet, une garantie que le schéma vaccinal a été achevé pour les personnes qui le possèdent —, elle prend de court des milliers d’élèves qui ont été soit partiellement ou pas du tout vaccinés, entraînant un assaut monstre des centres de vaccination qui sont en train d’enregistrer une affluence record des citoyens et des jeunes désireux d’achever leur vaccination pour obtenir leur passe vaccinal. Poser aujourd’hui cette condition pour éviter que les établissements scolaires ne se transforment en des foyers de contamination est une mesure à double tranchant qui risque d’avoir des répercussions désastreuses.

Problème de logistique

L’application d’une telle mesure soulève déjà un problème de logistique. Comment va s’effectuer le contrôle du passe vaccinal dans les établissements scolaires qui comptent des milliers d’élèves? Qui va s’acquitter de cette tâche dans des collèges et des lycées qui manquent cruellement de personnel? Cette mesure revêt un caractère d’autant plus absurde que son application est quasiment difficile, voire carrément impossible, dans des zones rurales qui enregistrent non seulement un taux de vaccination très faible des jeunes et des adultes mais où les établissements sont, par ailleurs, privés de toutes les commodités et ne disposent pas de la logistique nécessaire pour qu’une telle mesure puisse être appliquée. Il est, en effet, difficile d’imaginer la mise en œuvre d’une telle décision dans des localités rurales et des patelins où les établissements scolaires n’ont ni gardiens, ni surveillants et où des directeurs d’école font office d’enseignants et sont au four et au moulin pour assurer la bonne marche de la vie scolaire.

Passe vaccinal et décrochage scolaire

On voit mal ces responsables interdire l’accès de leur établissement — où le taux d’absentéisme est déjà élevé —  aux quelques élèves qui non seulement non pas les moyens d’acheter les outils de protection de base (gel hydroalcoolique, masques….) mais, qui plus est, parcourent, tous les jours, plusieurs kilomètres à pied, faute de transport scolaire, pour pouvoir assister aux cours. Appliquer une telle mesure dans ces zones rurales où les établissements scolaires sont dans un état de délabrement avancé, où l’effectif éducatif est très faible et où il n’y pas de transport pour aller à l’école ou se rendre dans un centre de vaccination, ne ferait que renforcer le décrochage scolaire dont le taux est déjà élevé dans ces zones.

Charger plus d'articles
Charger plus par Imen Haouari
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire