Cet impressionnant  et bel ouvrage collectif intitulé «Symbolum  Mito Immaginario Realta» (Symbole, Mythe, Immagination, Réalité), imprimé sur du beau papier verger et co-édité en 2020 par l’éditeur français «L’Harmattan» et l’éditeur italien AGA (Arti Grafiche Alberobello) dans la prestigieuse collection «L’Orizzonte», est issu d’un colloque international organisé, en avril 2018, par le département des Lettres italiennes, à la Faculté de Théologie, à  l’Université de Stettin (Szczecin), en Pologne, sous la direction du docteur ès Littérature italienne et professeur, Diana Del Mastro, et son équipe de dynamiques collaborateurs dont notamment  Angello Rella, directeur du département, Magdalena Lange-Henszke, Andrea Schembari, Agnieska Stoboda, Gennaro Valentino et d’autres. De nombreux professeurs-chercheurs en littératures et civilisations italienne et française et des philosophes de l’art, venus surtout d’Italie, mais aussi de Grèce, d’Espagne, de Grande-Bretagne, du Canada, d’Allemagne, de Pologne et de Tunisie se sont rencontrés dans ce symposium pour interroger, tour à tour, 4 diverses notions polysémiques à l’acception quelque peu floue et flottante et qui sont le Symbole, le Mythe, l’Imagination (la fiction) et enfin la Réalité,  essayer de voir comment elles sont investies dans les créations picturale, photographique, architecturale, lexicale et littéraire et les définir.

Excepté la linguiste italienne Maria Leo (qui est intervenue sur «Le symbole du bouc et du bouc émissaire»)  et l’auteur de ces lignes (dont l’intervention s’est développée autour des «Mots mythifiés, Métaphores, Symboles obsédants et transmutation du réel» dans les œuvres de trois poètes francophones, un libanais, un italien et un français) qui ont donné leurs communications respectives en français, les 17 autres communicants ont dit leurs interventions en italien. Mario Selvaggio qui est professeur universitaire de littérature française à Cagliari, en Italie,  a préféré intervenir en italien aussi. L’universitaire, poète  et photographe grecque Zosi Zografidou qui est spécialiste des lettres italiennes et directrice du département d’italien à l’Université «Aristote», à Solonicco, en Grèce, est intervenue en italien aussi pour parler de la symbolique poétique des portes et des fenêtres. Elle a donné à regarder aussi, dans le cadre de ce symposium, une magnifique exposition-photos des portes et fenêtres en Italie. Textes, icones, images, statuettes et peintures ont fait l’objet des débats qui ont meublé ce symposium et des discours qui y ont été tenus sur la poésie, sur l’art pictural et sur les signes et peintures des églises.

Outre les 4 professeurs-chercheurs que nous venons de citer, ont contribué aussi à ce Symposium et à ce livre Marino Alberto Balducci, Theodoro Brescia, Alessia Della Rocca, Andrea B. Del Guercio, Angela Giallongo, Anne Marie Kroke, Andrzej Krzystek, Krzysztof Luszczek, Fernanda Mancini, Laura Marchetti, Francesco Rizzo, Tarshito, Nicolas Strippoli, Gennaro Valentino et Giuseppe Viviano.

Il s’agit donc ici d’un  bel ouvrage d’une richesse inouïe et qui pourrait être d’une grande utilité surtout pour nos enseignants et chercheurs en langue, littérature et civilisation italiennes comme aux spécialistes des Beaux-Arts et de la philosophie de l’Art. Bonne lecture.

«Symbolum  Mito Immaginario Realta», sous la direction de Diana Del Mastro, L’harmattan-Aga, coll. «L’Orizzonte», 2020, 366 pages. ISBN

9 782343204666 et 9 788893551786. Se vend sur Amazone.

Charger plus d'articles
Charger plus par Ridha BOURKHIS
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire