What a pity Mr Sikazwe !

Pour qu’un scandale arbitral pareil ait lieu, pour qu’un événement-gag pareil se produise, cela ne peut être que Sikazwe, arbitre honteux et qui va sortir par la petite porte après sa double bourde. Ce n’est pas une insolation comme il le prétend, c’est la faillite d’un arbitre pas du tout propre et à l’historique suspicieux (d’ailleurs, il a été sanctionné par la CAF pour suspicion de corruption avant d’être relancé et lavé par les personnes influentes à la CAF!) et aussi de ses assistants et de ces arbitres VAR qui ne l’ont pas remis à l’ordre après sa première sottise. C’est la faillite de la CAF et de Motsepe, ainsi que sa patronne Fatma Samoura. C’est la faillite du comité d’organisation et du Cameroun qui ont choqué tout le monde, y compris leurs défenseurs. Cette CAN est triste, mal organisée. Ce ne sont pas de petits incidents séparés, ce sont des insuffisances gênantes au niveau de la sécurité, de l’état de quelques terrains, les images TV et la réalisation (qui ne montrent pas tous les changements) et le déroulement des matches (ce couac des ballons dégonflés lors du match Egypte-Cameroun). Bref, une si douloureuse impression que cette CAN est bâclée. Un sentiment que la CAF, malgré le va-et-vient des comités exécutifs, demeure mal gouvernée et entachée de beaucoup d’impureté et d’incompétence. Ce Sikazwe devait être radié bien avant ce qu’il a fait lors du match Tunisie-Mali.

Mais il a été «protégé», mis en confiance pour rendre service à ses «maîtres» et aux clubs influents. Ce qui s’est passé est une «risée» internationale, un point noir qui va subsister pour des années. Ça donne raison à tous ceux qui ont douté des capacités de la CAF et du Cameroun à bien organiser cette CAN. Espérons qu’elle se terminera, qu’elle ira jusqu’au bout sans d’autres scènes. On ne regrettera pas cette édition de la CAN, jamais. Ce n’est pas la faute uniquement au Cameroun, c’est la CAF et surtout son mafieux système et structures des arbitres qui assument la «comédie noire» jouée par le «petit» Sikazwe. Lui, il s’en va avec une réputation salie et un honneur bafoué depuis longtemps. Pour terminer, qui l’a aidé à avoir les désignations des grands matches à la CAN et en Ligue des champions ?

Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire