Suite à l’appel de l’oncle d’un défunt accusant le staff médical de l’hôpital Charles-Nicole d’avoir prélevé les cornées de son neveu décédé sans l’autorisation de la famille, le directeur général du Centre national pour la promotion de la transplantation d’organes s’est rendu sur les lieux, accompagné du procureur général pour inspecter le cadavre du défunt. L’examen du cadavre a révélé que les cornées ont bien été prélevées sans l’accord de sa famille. Une enquête a été ouverte sur ce fait. Le coupable serait un médecin interne de l’hôpital qui a reconnu les faits, expliquant qu’il s’agit d’une procédure légale. M. Abdelatif Jlassi, l’oncle de la personne décédée, a expliqué sur les ondes d’une radio privée que son neveu, un jeune homme originaire de Tebourba , était en train de travailler dans sa ferme à Ennadhour (gouvernorat de Bizerte) lorsqu’il a soudainement ressenti un malaise. Il est allé vite s’allonger à l’ombre d’un arbre informant ses collègues qu’il allait faire une sieste sauf qu’il ne se réveilla pas. Ses collègues inquiets ont découvert le jeune homme évanoui et ne respirant plus.

Ils l’ont emmené sur le champ aux urgences de l’hôpital régional d’Ennadhour. Le staff médical ordonna qu’on le transfère à l’hôpital Charles-Nicolle. Les  causes exactes de la mort du jeune homme n’ont pas encore déterminées. L’enquête est actuellement en cours pour identifier la principale raison du décès. Sous le choc, M. Abdelatif avait constaté, en se rendant à la morgue pour voir une dernière fois son neveu, que ses yeux présentaient un aspect étrange. Les cornées avaient, en effet, disparu. Le staff médical de l’hôpital lui a confirmé que c’est une procédure légale au niveau de la loi en attendant le verdict de l’enquête…

Charger plus d'articles
Charger plus par Sabrine AHMED
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire