Pour la nouvelle saison de «Musique au musée», le musée Safia-Farhat à Radès accueillera, ce soir à partir de 19h30, le «Habib Samandi Trio» qui présentera un concert de Word music.

Les musées ne sont plus ces espaces figés, voire mortifères, où l’on peut seulement contempler des traces du passé, admirer des étalages disparates de collections. Les musées ont connu une vraie mutation, une redéfinition identitaire : la tendance depuis quelques années est effectivement vers la désacralisation de ces espaces, leur réactivité et leur ouverture sur les autres champs de la culture, mais aussi sur le monde de l’entreprise, devenant, dans certains cas, le «nouvel Eldorado de l’évènementiel». Loin de cet extrême assez discutable, le musée Safia-Farhat à Radès s’est déjà engagé dans cette mouvance de décloisonnement des arts qui fait des musées «un lieu complet de culture», comme l’a si bien formulé Laurent Gervereau. La politique de la direction de cet espace, assez unique en son genre, est de présenter aux publics une offre polymorphe, enrichir et agrémenter l’expérience muséale, faire voir et faire valoir le musée autrement, ainsi que le rendre plus accessible : un pari culturel, citoyen, mais également stratégique, puisque cela permet de toucher de nouvelles audiences et de gagner en visibilité.

Pour cette nouvelle saison de «Musique au musée», le musée Safia-Farhat à Radès accueillera, ce soir, à 19h30, le «Habib Samandi Trio» qui présentera un concert de Word music.

C’est à un véritable voyage musical multiculturel que nous sommes conviés. Habib Samandi (percussions et vocalise), Hamza Zeramdini (guitare) et Ahmed Ajabi (saxophone et flûte) ouvriront pour nous des fenêtres musicales avec des airs de Tunisie, du Sénégal, d’Espagne, d’Italie, de France, de Grèce, de Macédoine et d’Iran avec des notes gypsies également.

Une première…

Il faut savoir que Habib Samandi ne s’est pas produit en Tunisie depuis 2010, que c’est la première fois qu’il joue dans un espace dédié aux arts plastiques et que ce concert marquera sa deuxième apparition avec son propre groupe. Une nouveauté aussi : l’artiste, connu jusque-là sous sa seule casquette de percussionniste, chantera des morceaux et utilisera des onomatopées, dont lui seul détient le secret. C’est la casquette de vocaliste de ce musicien qui a frôlé les plus grandes scènes du monde et qui a joué avec de grands artistes internationaux que nous découvrirons donc ce soir pour la première fois.

Considéré comme le «pionnier de la percussion afro-cubaine en Tunisie», Habib Samandi sera accompagné par deux jazzmen réputés, aux expériences musicales riches de surcroît. Le menu sera fait de morceaux d’ici et d’ailleurs et de fins métissages ; une évasion musicale assurée, mais également picturale, puisque le public pourra apprécier, en même temps, les œuvres exceptionnelles d’Ali Bellagha, dont l’exposition a été inaugurée vendredi dernier. «Musique au Musée», pour le plaisir de la vue et de l’ouïe, dixit Slim Gomri, responsable de la communication du Centre des arts vivants de Radès.

Charger plus d'articles
Charger plus par Asma ABASSI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire