Le tiers des produits sélectionnés sera médaillé le 28 juin

Quelque 750 produits du terroir des différentes régions  seront dégustés lors de la deuxième édition du concours tunisien des produits du terroir qui sera organisée par l’Agence de promotion des investissements agricoles (Apia) du 18 au 20 juin à la Cité des sciences à Tunis. 

Dans une déclaration à l’agence TAP, en marge de la conférence de presse, tenue vendredi dernier , à Tunis, Toukebri Abdelmoemen, directeur de partenariat et de la qualité à l’Apia et commissaire de la deuxième édition du concours, a souligné que pendant la période d’inscription au concours (du 28 janvier au 15 mars 2019), l’Apia a reçu 950 produits dont 750 ont été sélectionnés pour participer au concours, et ce, selon des critères bien définis et stricts relatifs notamment à la qualité, à l’agrément sanitaire et à l’existence d’une patente. 

« Environ le tiers des produits sélectionnés sera médaillé le 28 juin en cours et obtiendra soit des médailles de bronze, d’argent ou en or pour les meilleurs», a-t-il précisé, se félicitant des efforts fournis par les producteurs, essentiellement les femmes et les jeunes pour faire connaître leurs produits et les présenter sous leurs meilleures formes. 

Le responsable a fait savoir que la dégustation se poursuivra pendant trois jours et les produits seront répartis sur 83 tables. Autour de chaque table, il y aura trois dégustateurs (un spécialiste, un consommateur et un producteur). «La dégustation sera anonyme et gérée par une application numérique», a-t-il indiqué.  Selon la même source, cet évènement, qui sera couronné par un marché des produits du terroir les 29 et 30 juin 2019 à la Cité des sciences, vise à faire connaître les produits tunisiens du terroir et à allier plusieurs aspects en même temps (le culturel, le touristique…) De son côté, Abderrahmane Chaffaï, directeur général de l’Apia, a souligné que l’organisation de ce concours vise à promouvoir et valoriser les produits du terroir tunisien et à faciliter leur accès au marché local et étranger.  « La Tunisie est, en effet, dotée d’un patrimoine agricole de qualité et d’une riche gamme de produits du terroir de plus en plus appréciée de par sa variété et son excellence», a-t-il dit, soulignant la nécessité de travailler sur la mise en valeur de ces produits et leur vulgarisation. 

Il a ajouté que le concours est appuyé par le projet d’accès aux marchés des produits agroalimentaires et de terroir (Pampat), mis en œuvre par l’organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi) et financé par le secrétariat d’Etat à l’économie suisse (Seco) dans le cadre de sa politique de coopération internationale et de sa contribution au développement économique. Cette deuxième édition du concours sera marquée par l’organisation d’un séminaire d’échange international qui aura lieu les 18, 19 et 20 juin en marge des dégustations. 

La Suisse sera présente à cet évènement ainsi que le Maroc qui a été le premier pays à dupliquer le modèle suisse pour l’organisation de son concours des produits du terroir. Six autres pays, à savoir  l’Egypte, l’Afrique du Sud, le Ghana, la Géorgie, l’Ukraine et la Serbie, qui se préparent à mettre en place un tel concours, viendront s’inspirer de l’expérience tunisienne. 

Un séminaire sur l’accès aux marchés des produits du terroir sera également organisé le 28 juin par l’Apia et permettra aux producteurs de prendre connaissance des principales exigences des marchés d’exportation. A noter qu’il existe 5 catégories de concours qui sont les olives et l’huile d’olive ; les fruits et plantes aromatiques ; les produits d’origine animale ; les légumes et les produits à base de céréales. Dans la première catégorie, il y a les olives de table, l’huile d’olive conventionnelle, l’huile d’olive biologique et l’huile d’olive aromatisée. La deuxième catégorie concerne les dattes branchées conditionnées, les fruits séchés, les confitures et sirops de fruits, les vinaigres, les eaux florales et les dérivés de dattes. 

Dans la troisième catégorie, on trouve les miels, les fromages, les conserves de sardine à l’huile d’olive, les produits de la pêche salés/marinés et ou séchés. L’harissa conserve, l’harissa traditionnelle à l’huile d’olive, la salade méchouia, les semi-conserves de légumes marinés et ou salés, la corète en poudre et le hrous constituent la quatrième catégorie. Quant à la cinquième catégorie, elle inclut le couscous à base de blé ou orge et la bsissa à base de blé ou orge. 

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire