Partenaires essentiels et bras de l’Etat dans les régions, les gouverneurs ont été appelés à redoubler de vigilance et à mettre en place des points de vente pour faciliter l’écoulement des marchandises dans le marché et approvisionner de manière correcte les citoyens


La Cheffe du gouvernement Najla Bouden a présidé hier la conférence périodique des gouverneurs. A cette occasion, elle a réitéré l’engagement du gouvernement à valider le plus rapidement possible un décret-loi présidentiel visant à réprimer les distributeurs de denrées alimentaires qui s’érigent en monopole et font de la spéculation. Notons que cette annonce avait été faite il y a quelques jours par le président de la République lui-même, en déplacement au siège du ministère de l’Intérieur.

Partenaires essentiels et bras de l’Etat dans les régions, les gouverneurs réunis, ont été appelés à redoubler de vigilance et à mettre en place des points de vente pour faciliter l’écoulement des marchandises dans le marché et approvisionner de manière correcte les citoyens. L’idée est de favoriser les transactions producteurs-consommateurs, qui ont le mérite de diminuer le nombre d’intervenants et de proposer aux Tunisiens des prix corrects, sans aucune forme de spéculation.

Vu l’importance de cette période précise à moins d’un mois du Ramadan, plusieurs ministres ont assisté à la réunion pour aider les gouverneurs, en première ligne, à avoir une vision globale de la situation. Ainsi le ministre de l’Intérieur Taoufik Charfeddine, la ministre des Finances, Sihem Nemsia, la ministre du Commerce, Fadhila Rebhi, et le ministre de l’Économie, Samir Saied, étaient présents.

Par ailleurs, Najla Bouden reconnaît dans son allocution que la situation économique actuelle est exacerbée par les conséquences de la longue pandémie de Covid-19 et le contexte international marqué par une grande crispation. Une conjoncture très lourde qui impose, selon la Cheffe du gouvernement, l’instauration d’un nouveau modèle de développement régi par l’égalité des chances et a fortiori par l’égalité entre les régions.

Dans ce cadre, la Cheffe du gouvernement a dévoilé une partie du programme économique du gouvernement, sans pour autant l’expliciter de manière intelligible au public initié.

Dans son discours, elle a précisé que le gouvernement travaillait au renforcement des équilibres financiers qui font défaut à la Tunisie. L’encouragement des investissements et la simplification des tracasseries administratives font également partie intégrante du plan de réforme du gouvernement Bouden.

Evoquant les négociations avec le Fonds monétaire international (FMI), la Cheffe du gouvernement s’est dire satisfaite du « processus participatif », allusion faite aux partenaires sociaux.

Un plan de réforme ambitieux certes, mais qui demande davantage d’éclaircissements selon les économistes, d’autant plus que « des réformes douloureuses » sont souvent officieusement avancées. Toujours est-il que les négociations avec le FMI vont bon train et l’Etat tunisien espère pouvoir toucher l’enveloppe d’accompagnement avant la fin du premier trimestre de 2022.

Charger plus d'articles
Charger plus par Karim Ben Said
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire