La manifestation débutera dans la Ville de Médenine le 18 mars et se poursuivra à Gabès le 19 mars, Tozeur le 20 mars, puis Zaghouan le 25 mars et, enfin, La Manouba les 26 et 27 mars.

Créé en 2005 par le chorégraphe italiano-argentin Léonardo Montecchia (compagnie La Mentira), « Hors lits » est un concept de performances artistiques qui s’invitent chez l’habitant. Depuis son lancement en France, l’idée a germé partout dans le monde. Se présentant comme un festival alternatif, «Hors-lits» repose sur un principe simple : quatre performances artistiques de vingt minutes chacune est proposée au public, à heure fixe, le même jour, chez quatre particuliers. Le rendez-vous précis est communiqué sous condition de réservation obligatoire.

En Tunisie, c’est l’association Al Badil, l’Alternative culturelle qui a adopté et adapté ce concept en 2014, proposant des parcours artistiques au cours desquels les spectateurs se déplacent d’un lieu à un autre, suivant un guide, afin de découvrir, à chaque fois, une performance différente de la précédente : dans un salon, dans une cuisine, sur un toit… Hors du lit.

Qu’ils soient danseurs, musiciens, acteurs ou poètes, des centaines d’artistes ont pu, grâce à ce concept, diffuser leur travail, se connecter à d’autres artistes, faire connaissance avec les hôtes, et développer leur réseau professionnel.

L’équipe Al Badil s’est engagée à proposer 5 Hors-lits par an dans 5 gouvernorats différents. Ces Hors-lits sont coorganisés avec les jeunes formés, au préalable, aux fondements du management culturel, par l’association. Chaque édition a présenté un artiste issu de sa région.

«Depuis son lancement en Tunisie, le « Hors Lits », aura offert à une trentaine d’artistes un espace de diffusion et de rencontres, et ce, avec des ressources limitées, mais une grande volonté. Ce à quoi nous aspirons, c’est la démocratisation de la culture pour en faire un facteur de développement économique et durable pour les jeunes participants.», notent les organisateurs.

Pour sa 11e édition, la manifestation débutera dans la Ville de Médenine le 18 mars et se poursuivra à Gabès le 19 mars, Tozeur le 20 mars puis Zaghouan le 25 mars et, enfin, La Manouba les 26 et 27 mars. Lors de chaque édition, le spectateur assiste à 3 performances de 20 minutes chacune : entre danse, chant, théâtre…Chaque ville aura un programme spécifique de performances et autres interventions artistiques.

Les artistes qui sillonneront toutes les villes pour y présenter leurs créations sont Sofien Jouini, Nadia Tlich, Héla Fattoumi et Eric Lamoureux avec leur création chorégraphique «Exposes». Ils y invitent le public à vivre un rapport à la danse dans une grande proximité offrant un accès sans filtre aux interprètes, aux détails, à la vibration des corps et à leur charge expressive. Le contexte de réceptivité ainsi créé stimule une expérience sensible prégnante qui intensifie la relation entre le spectateur et la danse.

Ambra Senatore avec la création chorégraphique «Partita», une variation danse et musique d’une durée de 20 minutes. Ambra Senatore a pris pour appui dramaturgique la réflexion sur la mémoire, comme prétexte pour suggérer des récits ouverts à l’interprétation du spectateur.

Bon festival !

Charger plus d'articles
Charger plus par Meysem MARROUKI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire