Le Ramadan de cette année se déroulera dans des conditions exceptionnelles.

Le titre est emprunté à un très vieux dicton chinois : «La nourriture est le paradis du peuple». Avec ce mois de Ramadan, les différents médias, surtout les stations TV, ont certainement concocté des  recettes pour «aider» les familles à choisir quoi mettre sur la table à la rupture du jeûne.

Les producteurs de laitages et autres produits alimentaires saisissent cette occasion pour relancer leurs ventes, au point d’enregistrer une véritable indigestion de publicité qui saucissonne les feuilletons et provoque le courroux des téléspectateurs.

C’est que le cérémonial, qu’impose depuis toujours Ramadan, est immuable.  

Le repas de rupture du jeûne est aussi un mode de communication qui a le don de réunir toute la famille, des amis, des voisins autour de la même table. Et, bien sûr, chacun y va de ses idées personnelles ou suggérées justement par ces émissions télévisées ou radiophoniques.

Des conditions exceptionnelles

Ramadan de cette année se déroulera dans des conditions exceptionnelles. La guerre en Ukraine a, d’ores et déjà, bouleversé tous les pays du monde. Avec une menace de ‘‘troisième’’ guerre mondiale, avec des prévisions de rupture de stocks de matières premières dans presque tous les domaines, la situation n’est guère reluisante.

Les produits qui manquaient sont revenus ou reviennent progressivement  sur les étalages. La première impression est positive. Il n’y aura pas de pénurie. On s’est bien empressé de faire ses emplettes au risque de déséquilibrer le marché, mais les choses se sont calmées ces derniers jours.

La première semaine sera cruciale, car les ménages sont habitués à ouvrir le jeu et à donner libre cours à leur inspiration. Pour en être convaincus, il suffit de voir les quantités de nourriture que l’on jette quotidiennement, au lendemain d’une soirée de bombance. Un véritable gâchis.

On a tendance à épater la galerie et à donner des recettes qui reviennent extrêmement cher. Il y a des produits, surtout au niveau des poissons qui sont hors de prix. Dans ce cas, pourquoi s’échiner à  fournir des recettes qui risquent de ne servir à rien ?

Des jours de plus en plus longs

Considérant que l’on va vers la saison estivale, les jours seront de plus en plus longs. Ce sera le cas dans tous les pays arabes et musulmans. Les horaires de rupture du jeûne varient, bien entendu, d’une ville à l’autre, surtout pour les pays possédant des territoires très étendus, comme l’Algérie par exemple.

Les Comores connaîtront les journées de jeûne les plus courtes (13 heures), alors que les pays du Maghreb et l’Irak auront les journées les plus longues (15 heures et trente minutes).

•Les Comores 13 heures environ (nombre d’heures de jeûne)

•La Somalie 15h30

• La Syrie 14h00

•Le Soudan 14h20

•Le Yémen 14h27

• Bahreïn 14h30

•Mauritanie 14h32

•Qatar 15h00

•L’Arabie saoudite, les Emirats, le Koweït, Oman, l’Egypte, le Liban, la Jordanie, la Palestine, la Lybie  15h00

•La Tunisie, le Maroc, l’Algérie, l’Irak 15h30

Au niveau des pays islamiques, c’est l’Afghanistan qui aura le jour le plus long avec 17 heures de jeûne.

Par contre, ce sera 12h00 en Malaisie,  14h00 au Sénégal, 15h30 en Turquie, 15h00 en Inde, 16h00 au Pakistan et en Iran.

A Singapour, qui compte beaucoup de musulmans, on jeûnera 13 heures environ, alors que la journée la plus courte sera en Nouvelle Zélande, au Chili, en Australie (11h20).

Ce sera dur en Suisse 18h00, en Pologne 18h30, Islande 19h59, en Finlande, Norvège, Russie ce sera 20h00 de jeûne.  

Dans ces pays, nous trouvons une assez importante colonie tunisienne constituée surtout d’étudiants.

Cela dit, «Ramadhan Karim» !

Charger plus d'articles
Charger plus par Kamel GHATTAS
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire