L’artiste iranien Mostapha Mahboub Mojaz s’inspire du soufisme et essaye de réinterpréter «La Conférence des oiseaux» du célèbre poète persan «Farid Al Din Attar», qu’il considère comme un maître à penser. Émerveillés face aux œuvres du calligraphe iranien, les visiteurs paraissaient impressionnés par les différentes formes et couleurs que l’artiste avait choisies pour ses tableaux. «Je trouve que c’est vraiment innovant de mêler à la fois des illustrations de poèmes et de versets coraniques dans de superbes créations graphiques», affirme Khaled, étudiant en philosophie. L’Iranien ne cesse de se distinguer lorsqu’il choisit la huppe fasciée comme centre de tous ses travaux. Cet oiseau est pour lui l’équivalent d’un dieu, non seulement par sa beauté fatale, mais aussi par ses caractéristiques qui le rendent si singulier. Selon l’artiste, tous les oiseaux existants sur terre sont des dérivations de cet animal, vu la valeur spirituelle qu’il incarne.
L’artiste indique qu’il a trouvé nécessaire de partager sa passion et que « le langage des oiseaux » est pour lui le seul chemin qui le guidera vers la liberté. Mostapha Mahboub Mojaz se déplace d’un pays à un autre afin de souligner l’importance de la tolérance et de la solidarité humaines.
Lors du vernissage de l’exposition, vers 20h30, les assistants ont été rassemblés dans le but d’établir une interaction avec l’artiste. Entre questions et réponses, le débat était animé en langue anglaise.
Le spectacle commence quand des danseuses en habits traditionnels iraniens font leur apparition. Calligraphe mais aussi musicien, Mostapha Mahboub Mojaz les a rejointes en interprétant des morceaux de musique joués au tambour.
Cet instrument ancestral, utilisé par les soufis surtout dans les communions spirituelles, a été beaucoup apprécié par les adultes et même les enfants qui n’ont pas arrêté de refaire les même pas.
L’illustration calligraphique possède des qualités plastiques qui en font l’un des domaines privilégiés de la créativité.
Mostapha Mahboub Mojaz continuera ses expositions partout dans le monde, car désormais il est porteur d’un message existentiel: La liberté.
Il assure à ses admirateurs qu’il ne cessera jamais de se ressourcer dans le but d’alimenter sa réflexion et de donner libre cours à tout son talent.

Ghozlene KARMAOUi

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire