Cette exposition initie les visiteurs à l’art psychopathologique soigneusement chaperonné par l’artiste plasticienne Mme Jihene Benaich Elmouaddeb, avec l’aide de l’association. Scruter chaque œuvre accrochée, c’est comme permettre à une personne de voir par le trou de la serrure d’une porte : ces tableaux donnent un aperçu fascinant, déroutant souvent, intrigant de l’univers dans lequel baigne le patient. Des pensées aux idées, en passant par des maux esquissés : certaines œuvres paraissaient juvéniles… malgré l’âge des 6 patients-artistes participant à cette activité et qui oscille entre 30 et 50 ans.
L’idée a germé depuis plus d’une année, mais le processus de sa concrétisation était lent : il s’agit du premier projet présenté par ses activistes militants pour la santé mentale et qui ne se veut pas caritatif mais vise plutôt à abolir les tabous qui entourent les troubles mentaux et à promouvoir un potentiel artistique.
Dans sa première étape, l’association a collaboré avec l’hôpital Razi doté déjà d’une unité pilote d’«Art-thérapie». Comme elle n’est pas active depuis 5 ans, il fallait juste la renforcer, l’appuyer, y créer, entre autres, des activités : la faire revivre et mettre par la suite en exergue ses œuvres précisément. L’art thérapie est une spécialité dédiée aux plasticiens et qui vise à soigner mentalement via un art précis : musique, peinture, etc. Une spécialité déjà mise en pratique à l’hôpital Razi depuis des années, mais qui reste peu visible, connue : elle apaise, soigne les patients en mal de vivre et les aide à mieux se réinsérer socialement.
L’artiste Jihen Benaich Elmouaddeb, avec l’assistance d’une psychologue, a créé un processus de sélection des patients consentants et intéressés à participer à cette activité : s’assurer qu’ils ne sont pas réticents à y participer est capital. «Pour la nouvelle collection, 6 patients ont répondu à l’appel», souligne Imen Bel Abid, médecin résidente à l’hôpital Razi et cofondatrice de l’Association des activistes pour la santé mentale.
Par ailleurs, on remarque que les œuvres n’étaient pas titrées et que certaines n’étaient même pas signées. Notre résidente explique : «Les patients ne veulent pas signer : de nombreuses explications sont possibles, mais l’histoire, la littérature ont vu défiler ce type d’expériences et cette réticence à s’exposer était et est toujours récurrente. Il ne faut pas non plus les obliger à le faire. De très nombreuses toiles ont été réalisées, mais au final, on n’a pas pu être sûr de l’identité exacte de celui qui les a peintes». L’activité a duré un an pour prendre totalement forme. L’exposition s’est étalée sur trois jours et de nombreuses toiles ont été vendues. Ce vernissage était une occasion unique pour découvrir la forêt secrète de ces patients-artistes hors du commun.

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire