Les rosiers sont les fleurs incontournables du jardin comme de la terrasse ! Comment réussir leur plantation en pleine terre comme en pot ?

Les rosiers sont cultivés depuis la Haute Antiquité. La rose était alors l’emblème de la beauté et de la grâce. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, le rosier de Provins était le plus cultivé et formait le fond des collections. L’églantier ou rosier des chiens (Rosa canina) n’a tenu qu’un faible rôle dans l’amélioration des variétés.

Les différents types de rosiers

Le choix des rosiers sera fonction de l’effet que vous souhaitez obtenir (buisson, paysager ou arbustif, couvre-sol, grimpant, miniature), de la période de floraison (de mai à octobre) de la couleur (du blanc au rouge ; les bleus sont rares) et du parfum.

Les plus répandus sont les rosiers buisson qui ne dépassent pas 1 mètre et qui sont idéaux pour les massifs, les bordures et pour les fleurs coupées. On distingue les buissons à grandes fleurs et buissons à fleurs groupées.

Le rosier paysager ou arbustif est plus grand, plus vigoureux et se plante volontiers en isolé.

Les rosiers couvre-sol permettent de constituer des tapis sur des terrains pentus ou au pied des grands arbres. Ils demandent peu d’entretien et produisent rapidement un effet spectaculaire.

Le rosier grimpant doit être palissé. Les rosiers grimpants ont des lianes qui sont particulièrement vigoureuses (5/6 m) convenant bien aux tonnelles et pergolas.

Tous les rosiers peuvent être remontants (qui refleurissent après la saison) ou non-remontants (qui fleurissent une seule fois).

Où planter votre rosier ?

Les rosiers préfèrent une exposition ensoleillée et dégagée. Evitez l’exposition aux grands vents et aux fortes pluies.

Les rosiers s’adaptent en général à tous les types de terrain, à l’exception des sols trop calcaires qui font jaunir les feuilles et ne leur permettent pas de résister longtemps, et des sols argileux trop compacts où les racines s’asphyxient. Toutefois, on trouve différents porte-greffes, tels que Canina, Multiflora. En revanche, si les porte-greffes Multiflora sont plus florifères, ils sont plus sensibles aux maladies et durent beaucoup moins longtemps que les Canina.

La préparation du terrain est importante et permet de pallier les défauts de votre terrain. Préparez-le sur un minimum de 50 cm de profondeur. Si votre terre est trop calcaire, apportez de la tourbe brune ou de la terre de bruyère lors de la plantation.

Si votre terrain est sablonneux, apportez du fumier et de l’humus. Si votre sol est imperméable, mélangez lui de la tourbe blonde ou du sable pour l’aérer. Dans un sol vierge, enlevez les grosses pierres, racines et mauvaises herbes.

Dans un sol déjà cultivé, bêchez normalement et faites un apport d’engrais type Engrais rosiers Algoflash. Ajoutez 40 à 60 g à la terre de jardin d’engrais.

Idéalement, la préparation du sol doit être réalisée dès l’été pour un sol vierge, et au moins un mois avant pour une plantation optimale en octobre.

Quand planter vos rosiers ?

La période de plantation des rosiers à racines nues se situe d’octobre à avril, hors période de gel. Préférez les plantations d’automne, sauf en sol trop humide où vous planterez au printemps… Plantés en automne, les rosiers s’habitueront au froid et fleuriront véritablement dès la première année.

Comment planter vos rosiers ?

Faites un trou de 50x50x50 cm. Taillez les racines, supprimez les parties cassées ou abîmées. Les racines doivent être enterrées de façon naturelle pour s’enfoncer facilement dans le sol. Le point de greffe doit être légèrement enterré.

La plantation terminée, arrosez en pluie fine pour tasser et rectifiez éventuellement le niveau du sol. Aménagez une cuvette d’arrosage, à remplir d’eau après la plantation, puis une fois par semaine (plus abondamment en période sèche), cela pour les deux premières années. Vous pourrez ensuite espacer les arrosages.

La distance de plantation est en fonction de l’effet que vous souhaitez obtenir et de la variété des rosiers. Pour les rosiers modernes à grandes fleurs, prévoyez des distances de 40 à 60 cm. Pour les rosiers en massif ou en plates bandes, espacez-les de 50 cm. Les variétés très vigoureuses ou à grand développement demandent 60 à 80 cm.

Comment entretenir vos rosiers ?

Au début du printemps, le rosier aura besoin d’une taille. Ne la négligez pas, elle permet de prévenir les maladies et rend votre rosier plus florifère.

Suite à cette taille, pour aider le rosier à bien se développer et à être plus florifère, boostez-le avec de l’engrais qui prolonge et intensifie la floraison de vos rosiers.

Cet engrais se présente sous forme de granulés enrobés et non enrobés, afin que la plante puisse en profiter immédiatement, puis régulièrement tout au long de sa croissance. Il apporte tout ce dont le rosier a besoin, évitant ainsi toutes carences qui pourraient engendrer de la chlorose (les feuilles jaunissent).

Apportez à nouveau de l’engrais spécial rosier vers la fin de la floraison, pour aider la plante à reconstituer ses réserves avant l’hiver.

On aidera le rosier à passer l’hiver en paillant généreusement à son pied et en protégeant ainsi le point de greffe des gelées.

Source : www.gammvert.fr

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Magazine La Presse

Laisser un commentaire