On attend beaucoup du Sommet de la désertifiction de cette année à Ougadougou d’autant plus que les thèmes à développer concernent la terre, la biodiversité et le climat. Durant quelques jours, soit du 19 au 21 juin, les 300 participants attendus vont pouvoir discuter de long en large des sujets qui concernent notre planète et prévoir des solutions de nature à atténuer l’avancée du désert.
Les participants représenteront plus de 30 pays. Ils seront répartis dans les trois panels d’experts et les ateliers thématiques.
Des thèmes d’actualité seront examinés et discutés dans le cadre du Sommet de désertif’actions qui constitue un évènement incontournable des professionnels de la lutte contre la désertification.

Expérience du terrain
Pendant quatre jours (dont une journée publique) au cœur de l’Afrique de l’Ouest, les participants vont apprendre, échanger et contribuer à la structuration d’une société civile qui, plus que jamais, fait entendre sa voix directement inspirée de son expérience du terrain. Ainsi, des ONG, organisations internationales, scientifiques et agricoles, collectivités locales, secteur privé, se retrouveront du 19 au 21 juin à Ouagadougou pour :
* Mettre en place un plaidoyer organisé de la société civile en vue des prochaines grandes échéances internationales (COP14 New Delhi Cnulcd, COP15 Beijing CBD, Congrès Mondial de la Nature 2020 Marseille),
* Permettre le partage d’expérience et de bonnes pratiques en matière de gestion durable de la terre et de respect de son écosystème.
Le plaidoyer issu de ces travaux fournira notamment au panel représentatif de la société civile de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification un outil puissant pour faire de la terre une priorité des agendas internationaux.
Avec la présence attendue du Secrétaire exécutif de la Convention des Nations unies sur la Lutte contre la désertification (CNULCD), des représentants élus du panel des organisations de la société civile auprès de la Cnulcd (Panel OSC), le ministre de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement climatique du Burkina Faso et l’ambassadeur de France au Burkina Faso.
C.G.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire