Par : Imed Derouiche

Composé essentiel de l’eau dans la molécule H2O, elle-même composée de deux atomes d’hydrogène pour un atome d’oxygène, il  est l’élément le plus abondant de l’univers représentant 75% de sa masse. Cette abondance inépuisable rend l’hydrogène, à la fois un atout considérable pour l’accélération de la transition énergétique et, dans le même temps, un fondement du souverainisme et une opportunité d’envolée économique de la Tunisie en tant qu’Eldorado à ciel ouvert.

Face aux enjeux de la transition énergétique et dans sa quête d’indépendance économique, le gouvernement tunisien se doit de prendre les devants, en s’appuyant sur cette arme pour se préparer à la conquête de ce nouveau diamant pouvant fortement contribuer à la prospérité.

Disposant d’un potentiel d’ensoleillement de 300 jours par an et offrant plusieurs rives sur la Méditerranée, la Tunisie pourrait faire du développement de l’hydrogène un axe de sa stratégie énergétique et un levier de croissance. Le développement d’une filière de production offrirait  une perspective de 100 000 emplois à créer parmi les jeunes, ainsi que de fortes attentes de rentrées en devises pour son export vers l’Europe.

Parmi les fondamentaux d’une stratégie énergétique visant davantage d’indépendance, l’hydrogène doit figurer comme une priorité. Les budgets alloués pour produire de l’hydrogène atteignent les 7 milliards d’euros pour la France et 13 millards d’euros en Allemagne. La Tunisie pourrait capitaliser sur des atouts naturels que sont ses ressources hydriques et le soleil pour produire de manière compétitive ce diamant vert capable de nous hisser au rang des pays développés.

L’enjeu de l’hydrogène est en mesure de répondre à des attentes ambitieuses en matière de retombées économiques, financières et sociales. Dans l’écosystème d’un petit pays comme la Tunisie, la chaîne de valeurs, comprenant le développement, la production, la distribution et le stockage de ce vecteur énergétique, nous appelle à nous réinventer et surtout à parier sur nos propres expertises pour intégrer cette technologie et aspirer à des lendemains meilleurs.

La  Tunisie est en mesure de produire 200.000 tonnes d’hydrogène, nécessitant 2GW de courant électrique ; lesquels peuvent être produits à partir d’installations photovoltaïques déployées sur 50.000 m2 dans le désert tunisien.

Une telle production, qui ne représente que 0,28% des 70 millions de tonnes d’hydrogène consommées dans le monde, pourrait générer un revenu de l’ordre de 1 milliard d’euros dont une grande partie proviendrait de l’export vers l’Europe; l’hydrogène étant transportable sous forme gazeuse à travers le pipeline de gaz Transmed.  Cela permettrait également de dynamiser notre économie avec les différents applicatifs de l’hydrogène pour les industries pétrochimiques, manufacturières, ainsi que les utilisations domestiques.

Il s’agit d’un hydrogène vert dont la fabrication consiste en une réaction d’électrolyse de l’eau. L’Electrolyseur va séparer la molécule d’eau (H2O) en dihydrogène (H2) et en oxygène (O) sans aucune incidence sur l’environnement, puisqu’il n’y aura ni émission de gaz CO2 ni effet de serre, tous deux à l’origine du réchauffement climatique qui menace la planète.

Le projet de la société H2G qui consiste à installer des unités de production d’hydrogène en Tunisie s’inscrit dans une logique d’indépendance  énergétique, tout en capitalisant sur nos jours d’ensoleillement ,  sur notre expertise et sur  le passage du gazoduc traversant la Tunisie vers l’Europe.

Nous sommes ainsi en mesure de nous positionner en tant que fournisseur privilégié de cette nouvelle forme d’énergie, d’autant que les géants de l’automobile comme Toyota , BMW, Audi et Mercedes ont amorcé cette mutation vers l’hydrogène qui, de plus, offre davantage d’autonomie que l’électrique.

En France et dans plusieurs pays européens, nous assistons à l’émergence de stations de distribution d’hydrogène en remplacement des bornes de recharge électrique, d’autant que cette énergie verte s’adapte parfaitement aux besoins des engins énergivores, tels que les poids lourds et le transport en commun.

Intégrant une grande densité énergétique (1 kg d’hydrogène permet  de stocker 3 fois plus d’énergie qu’1 kg d’essence et 100 fois plus que les batteries électriques) et utilisé aussi bien comme  vecteur énergétique que comme  carburant, le potentiel de l’hydrogène comme nouvelle énergie propre (la production d’1 kg d’hydrogène à partir du gaz naturel dégage 13 kg de CO2) est considérable.  En témoignent les sommes allouées par les plus grands pays du monde à son développement et à la production de ce vecteur énergétique alternatif pour le transport et l’industrie qui, dans le même temps, constitue un rempart contre la pollution.

Les avantages de l’hydrogène sont multiples et s’il représente à juste titre un marqueur fort pour la transition écologique conformément aux résolutions de la  COP 26, il est aussi et surtout un atout pour faire de la Tunisie un fournisseur privilégié de l’Europe, dont les besoins en énergies propres sont de plus en plus élevés.   

I.D.
Expert en énergies

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire