La plupart des candidats des sections maths, sciences expérimentales, lettres et économie-gestion se sont plaints
de la longueur de l’épreuve passée hier lundi.

Les candidats des sections mathématiques et sciences expérimentales ont planché, hier, sur l’épreuve des sciences physiques et chimie, ainsi que sur l’épreuve d’arabe» pour les candidats de la section lettres tandis que les candidats de la section économie-gestion ont passé l’épreuve de gestion.

Nous étions devant le lycée Aycha Bellagha, rue de Marseille à 11h00. Certains parents d’élèves, un peu anxieux, se sont rassemblés devant le lycée pour attendre la sortie des élèves de la salle d’examen. Ils étaient là pour soutenir leurs enfants et leur remonter le moral.

Les élèves ont commencé à sortir les uns après les autres, à se rassembler en petits groupes, leurs feuilles d’examen à la main pour discuter des difficultés qu’ils ont rencontrées.

Juste en face de ce lycée, un groupe de la section sciences s’est réuni. «Nous avons passé l’épreuve de physique de 8h00 à 11h00. L’épreuve est non seulement longue mais elle est aussi difficile», nous déclare l’un des candidats avant d’ajouter que la partie «chimie» est très difficile par rapport à celle de physique qui est plus au moins abordable. L’épreuve a porté notamment sur des chapitres comme la radio nous explique Yasser Bou Rabiî. Ce même avis a été partagé par un autre groupe d’élèves qui s’est rassemblé un peu plus loin pour commenter l’épreuve.

Quant aux candidats de la section mathématiques, ils ont, eux aussi, traité l’épreuve de «physique-chimie». Idem pour eux, l’épreuve leur a semblé assez longue et difficile surtout pour la partie «sciences physiques». Ameur Abed a précisé que les trois heures de l’examen ne suffisent pas pour résoudre tous les exercices. L’épreuve des sciences physiques n’est pas du tout à la portée, a-t-il ajouté.

Nour, Inès et Raghda, quant à elles, sont des candidates de la section lettres. Elles sont toutes déçues de l’épreuve d’arabe qu’elles ont passée heur matin. Entre deux dissertations portant pour la première sur un texte ancien des poètes Moutanabbi et Ibn Hani, une deuxième portant sur une citation de Tawfik El Hakim et un texte extrait du roman de Najib Mahfouth «Le mendiant» elles ont toutes choisi l’étude du texte qui leur a semblé la plus facile malgré sa longueur.

«L’examen est très long et nécessite beaucoup de concentration et d’efforts», a relevé l’une des candidates. Et de poursuivre : «Trois heures ne suffisent pas pour traiter toute l’épreuve». Idem pour les candidates de la section économie-gestion que nous avons rencontrées devant le lycée.

Elles ont trouvé l’épreuve de «gestion» trop longue. Celle-ci comporte au moins dix feuilles réparties entre exercices, tableaux, annexes… «Franchement, ce n’est pas un examen de trois heures. J’ai paniqué quand j’ai vu le nombre aussi important de feuilles que l’on nous a remises. J’ai tout simplement perdu ma concentration», raconte l’une des candidates, déçue.

Charger plus d'articles
Charger plus par Hela SAYADI
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire